top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Commission fédérale des migrations | 50 ans de discours sur l’étranger

En ligne depuis le 4 juin 2020

La Commission fédérale des migrations (CFM) a été créée en 1970, suite au rejet de l’initiative populaire “Contre l’emprise étrangère”, dite “initiative Schwarzenbach”. L’initiative, qui a récolté 46% de “oui” pour un taux de participation de 74%, ouvrait pour la première fois une votation sur un projet de loi visant à limiter la population étrangère en Suisse. Pour sa 50e année, la CFM a mandaté l’historien Angelo Maiolino afin de retracer l’histoire du rejet des étrangers, de la xénophobie et du mythe de l’État national souverain autonome. Son étude démontre que la société a toujours fait barrage aux scénarios alarmistes et discours visant à insuffler la peur de l’étranger. La population a ainsi renforcé la cohésion sociale en apportant des contre-propositions constructives.

Nous reproduisons ci-dessous la présentation de l’étude telle que publiée sur le portail du Gouvernement suisse le 4 juin 2020. Vous trouverez le document PDF de l’étude ici.

50 ans de discours sur l’étranger

Berne, 04.06.2020 – En 1970, l’initiative Schwarzenbach donna pour la première fois au corps électoral la possibilité de se prononcer sur un projet de loi qui visait à limiter la population étrangère sur le territoire. Depuis, l’immigration a donné lieu à intervalles réguliers à des débats chargés d’émotion et à des initiatives politiques. L’étude de la Commission fédérale des migrations CFM retrace l’histoire du rejet des étrangers, de la xénophobie et du mythe de l’État national souverain ne dépendant de personne, et montre qu’il y a toujours eu des contre-propositions en faveur d’une Suisse ouverte et progressiste.

Le 7 juin 1970, l’initiative Schwarzenbach fut soumise au vote. Les partisans de l’initiative avaient mené une bataille électorale intense, chargée d’émotion. Leur principal argument, selon lequel le Conseil fédéral et l’élite suisse avaient échoué en matière de politique des étrangers, conduisant la forte proportion d’étrangers à menacer l’identité suisse, rencontra un écho favorable dans de larges pans de la population suisse. Avec un taux de participation record de 74 pourcent, l’initiative reçut l’approbation de 46 pourcent de l’électorat. Peu après le rejet de l’initiative Schwarzenbach, la CFM fut fondée en tant que « Commission fédérale consultative pour le problème des étrangers ».

Depuis l‘initiative Schwarzenbach, l’on s’affronte à intervalles réguliers en Suisse à propos d’initiatives qui déclarent que l’immigration est un problème politique central et qui, dans le même temps, remettent en question la relation de la Suisse avec l’UE. L’étude d‘Angelo Maiolino, mandatée par la CFM, retrace la manière dont la politique a été influencée par la rhétorique sur l’étranger ces 50 dernière années. Mais l’étude montre aussi que la société a toujours trouvé des moyens pour faire barrage aux menaces et aux scénarios alarmistes avec des contre-propositions constructives pour renforcer la cohésion sociale.

En septembre prochain, les électeurs seront à nouveau appelés aux urnes pour se prononcer sur une initiative qui souhaite limiter l‘immigration : l’initiative « pour une immigration modérée » (initiative de limitation). Cette fois encore, la Suisse connaîtra une campagne de votation agitée. Le débat sur le « nous » et « les autres » fera à nouveau rage. Cependant, les discours xénophobes détournent l’attention des défis essentiels auxquels la Suisse sera confrontée à l’avenir : par exemple, les défis de la numérisation, l’évolution démographique ou le changement climatique. Nous ne pourrons relever ces défis que tous ensemble.

Adresse pour l’envoi de questions
Sibylle Siegwart, Commission fédérale des migrations CFM,
T +41 58 465 85 02,  M +41 79 877 55 32


En relation avec cet article

, , , , ,