Aller au contenu
Notre regard

Éditorial | Défendre la démocratie

Sophie Malka

Affirmer vouloir accueillir et protéger les réfugié·es fuyant la guerre d’Ukraine a été la meilleure réponse européenne à la tentative de Poutine de déstabiliser et diviser l’Europe.

Loukachenko, Erdogan ou Kadhafi avaient joué avec succès la partition de l’instrumentalisation des personnes en exil. Ne pas entrer dans ce jeu est un acte politique fort, à voir comme une défense des valeurs démocratiques honnies par l’occupant du Kremlin.

Dans ses calculs, Poutine avait fait le pari de la faiblesse des démocraties occidentales et de leur double discours lorsqu’il s’agit de défense des droits humains.

Volodymyr Zelensky l’a bien compris, lui qui fait le tour des Parlements du monde, des grandes rencontres culturelles et économiques. Dans des harangues savamment construites, il rappelle ces fondamentaux, nos incohérences, appuie là où ça fait mal. Nos élites tirées à quatre épingles font pâle figure face à l’homme qui symbolise le courage de la population ukrainienne et rappelle combien celle-ci a justement choisi la voie démocratique.

Photo officielle du président Volodymyr Zelensky lors de son discours au Congrès US, 16 mars 2022

L’image n’est évidemment pas parfaite: l’héritage de l’Ukraine comme lieu d’externalisation de la politique migratoire européenne se concrétise dans des centres de rétention financés par l’Union européenne [1]HRW, Ukraine : Des migrants enfermés près de la ligne de front, 6 mai 2022. Y croupissent des personnes terrorisées par les bruits de la guerre, ayant pour la plupart fui d’autres conflits. Aux hommes qui demandent d’être libérés, l’Ukraine offre la nationalité contre leur enrôlement dans la défense du pays. Marchandage désespéré sans doute. Mais injustifié: le seul «crime» de ces exilé·es est d’avoir tenté de franchir une frontière irrégulièrement.

Une détention arbitraire, donc illégale. Les ONG ont demandé leur libération, la Cour européenne des droits de l’homme ordonné leur déplacement en lieu sûr [2]“On 20 May 2022, the European Ct of Human Rights decided that the Government of Ukraine, under Rule 39, should immediately relocate 2 migrants detained in Mykolaiv to a safer area of Ukraine”, … Lire la suite.

Une tache noire donc dans le tableau. Mais qui n’est rien au regard de l’inaction des autorités européennes, en position de demander au président de l’Ukraine de libérer ces personnes, et surtout de les accueillir. Non comme la Pologne, qui a ré-incarcéré des exilé·es évacué·es d’un de ces centres, situé trop proche des bombes.[3]Mediapart, En Pologne, les exilés non ukrainiens se sentent abandonnés, Nejma Brahim, 16 mai 2022; Des réfugiés fuyant la guerre en Ukraine sont détenus en Pologne, Helene … Lire la suite Pologne qui, avec la Hongrie, la Slovaquie et l’Autriche, a pesé pour exclure de la protection temporaire de l’Union européenne – dont la Suisse s’est inspirée – une partie des habitant·es d’Ukraine: les étranger·ères établi·es «pouvant rentrer au pays en sécurité et de façon durable». Or, un tel retour risque d’en plonger certain·es dans une grande vulnérabilité (p.2). Offrir protection, comme l’ont recommandé les instances internationales, à tout·es les réfugié·es fuyant l’Ukraine, rendrait aux États européens un peu de leur honneur perdu.

Cette période doit être l’occasion de renouer avec les valeurs qui ont construit l’Europe au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale: défense des droits humains, des libertés fondamentales, principes de non-discrimination, de protection des réfugié·es (p. 20). La démocratie est fragile. Elle est malmenée, notamment par celles et ceux qui adulaient haut et fort Poutine [4]RTS, L’UDC est divisée sur les sanctions économiques contre la Russie19H30, 31 mars 2022. La défendre, comme en appellent 55 personnalités suisses [5]#StandUp4Democracy, c’est défendre ses principes. Et nous rendra plus fort·es. Notre Constitution ne dit-elle pas que « la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres » ?


L’information a un coût. Soutenez nos activités d’information et de documentation de l’asile en vous abonnant à la revue Vivre Ensemble ou par un don!

Notes
Notes
1 HRW, Ukraine : Des migrants enfermés près de la ligne de front, 6 mai 2022
2 “On 20 May 2022, the European Ct of Human Rights decided that the Government of Ukraine, under Rule 39, should immediately relocate 2 migrants detained in Mykolaiv to a safer area of Ukraine”, (Nadia Hardmann sur Twitter, HRW
3 Mediapart, En Pologne, les exilés non ukrainiens se sentent abandonnés, Nejma Brahim, 16 mai 2022; Des réfugiés fuyant la guerre en Ukraine sont détenus en PologneHelene Bienvenu, 23 mars 2022
4 RTS, L’UDC est divisée sur les sanctions économiques contre la Russie19H30, 31 mars 2022
5 #StandUp4Democracy