top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

L’Hebdo | Notre absurde politique d’asile

En ligne depuis le 26 juin 2012 - modifié le 15 janvier 2013

Par Chantal Tauxe, 13 juin 2012

Qui établira un jour le coût dément de notre obsession de légiférer sur l’asile? Cette semaine encore, les Chambres auront passé des heures à durcir la loi. Depuis bientôt vingt ans, c’est un leitmotiv: la Suisse est trop attractive, si l’on change les conditions d’accueil, si l’on accélère la procédure, il y aura moins de requérants. Depuis 1992, les initiatives, les mesures urgentes, les révisions de la loi se succèdent. En vain.

Quand le législateur est si frénétique, c’est qu’il est impuissant. Malgré tous les serrages de vis, malgré la bureaucratie dantesque et toujours plus humiliante qui sévit, le nombre de requérants d’asile reste considéré comme trop élevé.

Un exemple, la création des NEM dès 1990, c’est-à-dire de gens dont on refuse d’examiner la demande. Une idée d’un cynisme magistral: pas d’entrée en matière, donc ni vu, ni connu, disparaissez. Toutefois, pour ne pas prendre le risque que certains meurent de faim dans nos rues, on leur a concédé l’aide sociale, puis seulement une aide d’urgence. Ils sont quand même nombreux à être restés. Un échec dans la gestion comme dans la dissuasion, mais Philipp Müller, président du PLR, a proposé d’étendre à tous les requérants l’aide d’urgence minimale…

> Lire la suite de l’article sur le site de l’Hebdo