top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Droit de rester | Lettre ouverte à Simonetta Sommaruga

En ligne depuis le 19 mai 2013 - modifié le 31 juillet 2014

Lettre ouverte à Simonetta Sommaruga rédigée par le collectif Droit de rester

Lausanne, le 16 mai 2013
Concerne : « Tout cela est arrivé, et rien de tout cela ne doit jamais plus se produire »[1]
Tout à fait, Madame la Conseillère fédérale ministre de la Justice. Aussitôt dit, aussitôt fait, il ne vous reste plus qu’à prendre une feuille et un stylo, et à inscrire la fermeture définitive de tous les centres  de détention administrative du pays. QUOI ?! Il reste encore de tels centres ? Alors il y a encore des gens qui sont « placés sans protection, sans explication, dans un foyer étranger, méprisés, abaissés, humiliés » ? Pourtant, « on a de la peine à croire que ça s’est passé chez nous » (24heures).
Quelle hypocrisie. Alors que les centres se remplissent de migrant.e.s sans papiers, indésirables, « souillés » et « considérés comme des déchets »[2], la suisse demande pardon aux humiliés d’un autre temps. Leur crime ? Hier, « être enceinte ». Aujourd’hui, être en Suisse.Quand vous excuserez-vous pour les « souffrances qui sont infligées aux détenu.e.s administratifs » d’aujourd’hui ? Quand est-ce que les renvois forcés et les « mesures de coercition », que dans votre novlangue vous nommez « aide d’urgence », seront considérés comme une « violation de la dignité humaine », si chère à vos yeux aveugles ?

Dans votre discours, vous feignez que ces milliers de femmes et d’hommes sans papiers et sans droits n’existent pas. Nous, nous « ne détournons pas le regard ». « Nous sommes tous concernés » par ces zones de non-droit, qui font des migrant.e.s des sous-êtres humains et qui institutionnalisent l’apartheid.
Soyez cohérente, fermez les centres de rétention.
Salutations,

Collectif Droit de rester


[1] Toutes les citations sont extraites du discours de Simonetta Sommaruga lors de la cérémonie de commémoration des victimes de détention administrative, Berne, 12 avril 2013
[2] Sentiments d’une ex-internée administrative de Hindelbank

 

, ,