top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Détention en Grèce | Aucun changement depuis 2007

En ligne depuis le 15 avril 2014 et publié dans - modifié le 23 juillet 2017

Dans trois décisions consécutives fin décembre 2013, la CourEDH a, à l’unanimité, prononcé la violation par la Grèce de l’article 3 CEDH, en raisons des conditions de détention prévalant aux centres d’Aspropyrgos, de Venna et de Soufli. Des conditions similaires à celles dénoncées en 2007 et 2008, selon les nombreux rapports sur lesquels la Cour fonde son jugement. Ainsi du Comité pour la prévention de la torture (CPT), suite aux visites effectuées en janvier 2011; des rapporteurs spéciaux contre la torture Manfred NOWAK et François Crépeau pour les visites effectuées fin 2012; ainsi que du HCR. Conditions d’hygiène déplorables, surpopulation dans le centre, manque d’espace individuel dans les cellules, non accès à une nourriture adéquate et suffisante, impossibilité d’exercices physiques extérieurs, manque d’aération et d’accès à la lumière naturelle, matelas et couvertures dégoutants, etc. Des allégations réfutées par le gouvernement grec.

Dans deux cas, la Cour prononce également la violation de l’article 5 (4), pour non accès à un recours effectif sur la légalité de la détention, et dans un cas la violation de l’article 13 (accès à un recours effectif).

Angèle Bilemjian

, ,