top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Intervention – Sur la base d’un fact-checking, le Comptoir s’adresse directement à l’auteur d’une information incorrecte ou  pouvant relayer une représentation stéréotypée de la réalité en matière d’asile, pour lui proposer une argumentation et de la documentation. Nous en publions une sélection, après échange avec le journaliste.

Non, les réfugiés ne vivent pas sous terre à cause d’un “afflux” de demandeurs d’asile!

En ligne depuis le 16 avril 2015 - modifié le 30 août 2016

Dans le cadre de notre projet Le Comptoir des médias, nous nous sommes adressés à M. Jordan Davis à propos de l’article “Des requérants en ont marre de passer des mois ‘sous terre’ à Genève“, paru sur le site de la RTS le 27 janvier 2015.

Marre de vivre sous terre

Nous avons adressé le courrier ci-dessous à M. Davis, le 17 mars 2015, qui n’a pas reçu de réponse.

Dans votre article, vous écrivez “Des requérants d’asile hébergés dans des abris PC à Genève ont dénoncé lundi leurs conditions d’hébergement. La ville a dû rouvrir des abris en octobre pour faire face à un afflux de réfugiés“.

Entre temps, Vivre Ensemble a présenté, lors d’une conférence de presse à laquelle votre rédaction était conviée, un décryptage sur l’hébergement des requérants d’asile. Nous y relevions, chiffres à l’appui, que la hausse de 11% qu’a connue la Suisse en 2014 ne saurait être qualifiée “d’afflux”, dans la mesure où ce terme fait référence à une vague importante voire incontrôlée de demandeurs d’asile. Or, on est loin de ce cas de figure en Suisse, comme ces chiffres le démontrent: www.asile.ch/vivre-ensemble/documentation/statistiques/#NllesDemandes.

Par ailleurs, dans notre décryptage, nous analysions les raisons pour lesquelles les cantons ont eu des difficultés à héberger les demandeurs d’asile en 2014. Notamment, une nette diminution en 2014 du taux de décisions de non-entrée en matière (NEM), et le fait que la majorité des personnes arrivant en Suisse se voient reconnaître un besoin de protection. Autrement dit, qu’elles ont le droit de rester et de s’installer en Suisse au regard du droit d’asile.

Nous vous invitons à lire notre décryptage thématique “Hébergement: médias et public enfumés par la rhétorique de la hausse des demandes“, publié dans notre dernier numéro de Vivre Ensemble et désormais disponible online, ainsi que l’éditorial de notre dernier numéro pour plus de détails sur ces questions.

Nous sommes convaincus, et c’est la raison pour laquelle nous nous adressons directement à vous, que votre rôle est de favoriser une information du public dénuée d’approximations, basée sur des faits. C’est pourquoi nous nous sommes permis de vous adresser cette information.

Au vu de ce qui précède, il nous semble important que votre journal prenne ce genre d’affirmation alarmiste avec un plus de recul et procède à une vérification des informations. Notre page “statistiques” peut vous aider dans cette démarche: www.asile.ch/vivre-ensemble/documentation/statistiques/.

Derniers billets publiés sur notre site sur la question du traitement médiatique de l' 'afflux' de demandeurs d'asile:

 

, ,