top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Hotspots | La solution miracle?

En ligne depuis le 30 janvier 2016 et publié dans - modifié le 14 août 2017

HOT QUOI? 

Présentés comme fers de lance de la nouvelle stratégie adoptée par l’Union européenne (UE), les «hotspots» doivent répondre aux récentes «pressions migratoires». La Commission européenne les définit comme des centres d’accueil et d’enregistrement où l’on identifiera et enregistrera les nouveaux arrivants, avant de prendre leurs empreintes digitales (1). Bon nombre de dirigeants européens considèrent ces centres comme la solution miracle. Et la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga d’ajouter qu’ils sont la condition préalable à une relocalisation solidaire des demandeurs d’asile au sein des Etats membres de l’UE et de ses partenaires comme la Suisse (2). Mais qu’en est-il de la réelle nature de ces centres? Par qui seront-ils gérés? Quant au respect des droits humains, quelles garanties offrent-ils?

Dessin : Herji

 

Points d’accueil ou zones de refoulement?

Revenons d’abord à l’origine du terme « hotspot»: tiré du vocabulaire policier, le hotspot désigne des zones « identifiées comme devant faire l’objet d’une intensification des interventions policières» (3). Dans le cas qui nous intéresse, la Grèce, l’Italie, Malte ou la Hongrie correspondent à ces zones géographiques où des contrôles sécuritaires plus intenses devraient être déployés. Cette mission reviendra aux agences Frontex ou Europol, principalement tournée vers une action de surveillance et de contrôle. L’utilisation d’un tel terme questionne donc les réelles motivations guidant l’action européenne: sont-elles humanitaires ou répondent-elles à une paranoïa sécuritaire?

L’objectif ultime de ces centres est double: d’une part, différencier en environ 72 heures les individus qui auraient le droit de déposer une demande d’asile des autres. Un tri qui souvent se base sur le seul critère de la nationalité, notamment d’après une liste de pays d’origine sûrs édictée par la Commission européenne (4). D’autre part, pouvoir procéder à leur relocalisation dans un autre Etat, afin de soulager les pays qui se trouvent à la périphérie de l’espace Dublin. Ils créent de ce fait deux catégories d’individus, les «demandeurs d’asile» et « les migrants économiques».

Lesbos, première tentative

Situé sur l’île grecque de Lesbos en Grèce, le premier hotspot a été déclaré opérationnel à la mi-octobre. Plusieurs autres centres sont en train d’être mis en place dans le pays, mais aussi en Italie, plus précisément en Sicile. Les premières observations faites à Lesbos ne présagent rien de bon: des conditions d’accueil déplorables, une procédure de détermination du statut de réfugié expéditive, sans prise en compte des motifs individuels de fuite et où la nationalité devient le critère déterminant, mais également des risques concrets de violation du principe de non-refoulement. Un récent rapport de Médecins sans frontières sur l’ancien centre d’accueil de Pozzallo, en Sicile, transformé en hotspot confirme ces craintes, parlant en outre de conditions d’accueil ne répondant pas aux standards minimums, de mises en détention, etc.. (5)

De nombreuses questions restent en suspens. Qu’adviendra t-il de celles et ceux dont on a rejeté le droit de déposer une demande d’asile? Qu’en est-il de la relocalisation des personnes ayant pu passer le premier filtre, alors que la solidarité européenne peine à se concrétiser? Quel accueil et quelle intégration leur seront proposés? Les hotspots constituent-ils vraiment LA solution à la crise migratoire actuelle? Rien n’est moins sûr.

Luma Pillet


Notes:

(1) Commission européenne, «L’approche des hotspots pour gérer des afflux migratoires exceptionnels»

(2) Département fédéral de justice et police (DFJP), « La présidente de la Confédération participe à la réunion des ministres de la Justice et des Affaires intérieures de l’UE et à la conférence sur la route migratoire des Balkans occidentaux », communiqué du 08.10.2015.

(3) Migreurop, « Avec les ‘hotspots’, l’UE renforce sa politique de refoulement des boat people », 20.07.2015.

(4) Commission européenne, An eu ‘safe countries of origin’ list.

(5) Medici Senza Frontiere, “Rapporto di Medici Senza Frontiere sulle condizioni di accoglienza nel CPSA Pozzallo”, 17.11.2015.

Derniers billets publiés sur notre site concernant la problématique des hotspots:

, ,