top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Humeur | Qui est coupable?

En ligne depuis le 10 novembre 2017 et publié dans

L’homme avait été proposé comme prix Nobel de la paix en 2015 pour son action. Il devient «passeur» aux yeux des Européens.

Les dirigeants des Etats de l’Union européenne n’en finissent pas de chercher de nouveaux boucs émissaires pour éviter de regarder leurs doigts salis par l’hécatombe en Méditerranée (et ailleurs). L’Italie, qui est suspectée d’avoir envoyé des émissaires négocier directement avec les groupes maffieux à Sabratha, et qui finance aux côtés de l’UE par dizaine de millions les gardes-côtes libyens (voir chronique Europe), n’a pas froid aux yeux. Le procureur de Trapani, en Sicile, a mis à l’enquête le prêtre érythréen Mussie Zerai pour aide à l’immigration clandestine.

L’homme avait été proposé comme prix Nobel de la paix en 2015 pour son action. Il devient «passeur» aux yeux des Européens.

Son «crime»? Son numéro de téléphone est devenu le numéro de la dernière chance pour les réfugiés, notamment érythréens, qui font appel à lui en cas de naufrage : il prévient alors les secours italiens ou maltais.

«C’est totalement paradoxal de s’attaquer aux humanitaires pour lutter contre l’immigration clandestine», a déclaré le 9 août à l’AFP Mussie Zerai. «C’est comme s’en prendre aux médecins pour protester contre une maladie.» Et d’ajouter: «Il faudrait plutôt s’attaquer à la cause de la maladie, à ce qui rend ces gens désespérés au point de risquer leur vie en mer».

Mais ce n’est pas dans les habitudes des Etats. Début juillet, nous revenions sur la soi-disant «collusion» entre ONG et passeurs libyens, étalée dans tous les journaux et initiée par Frontex avant de se rétracter [1]. Accuser le père Mussie Zerai n’est qu’un pas de plus dans cette supercherie. Pour s’en convaincre, il suffit de lire le décryptage réalisé dans le cadre du Comptoir des médias : « Polémiques en Méditerranée : des clés pour comprendre. » [2]

Sophie Malka

[1] Charles Heller,  “Une mer solidaire face à une mer frontière“, revue Vivre Ensemble n° 163, juin 2017.

[2] Cristina Del Biaggio, «Polémiques en Méditerranée : des clés pour comprendre», Le Comptoir des médias, Vivre Ensemble, publié le 7 juillet 2017.

 

 

, , , ,