top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Drôle de News | Protéger les réfugiés… des réfugiés !

En ligne depuis le 16 juillet 2019 et publié dans - modifié le 17 juillet 2019

Pierre-Alain Ruffieux, du Secrétariat d’État aux migrations (SEM), est venu défendre à Genève la construction d’un centre fédéral au Grand-Saconnex. S’offusquant de l’appellation contestataire de «hub d’expulsion» pour décrire ce lieu dédié aux renvois, le fonctionnaire a affirmé, la main sur le cœur: «renvoyer une personne qui n’est pas réfugiée, c’est protéger les personnes réfugiées» (Le Courrier, 16 mai 2019).

La rhétorique qui consiste à brandir le spectre de l’abus pour protéger les « vrais » et « légitimes » est rodée. Dichotomie effective ? Lorsque l’on documente les écueils actuels pour une reconnaissance de besoin de protection au sein de l’Espace Schengen, on peut douter d’un tel déterminisme.

Comme le rappelait la Coordination asile.ge, « les hommes, femmes et enfants qui [y] seront hébergés n’auront eu droit qu’à une procédure accélérée ou à une procédure Dublin ». Le centre sera aux 2/3 occupé par des personnes affublées de la catégorie NEM Dublin, si l’on en croit les projections du SEM. Pour elles, la Suisse n’est pas entrée en matière sur leur demande d’asile, car selon le règlement Dublin un autre pays est responsable de mener la procédure afin de déterminer si elles ont besoin d’une protection. Impossible donc de dire qui devrait obtenir le statut de réfugié. Alors Monsieur Ruffieux, les renvoyer pour les protéger ? Et pourquoi pas en Hongrie : là-bas, les autorités affament les demandeurs d’asile, parqués dans des centres de détention…

GIADA DE COULON


En relation avec cet article

, , , , , ,