top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Amnesty | Camps de réfugié.e.s des îles grecques: la Suisse doit enfin agir!

En ligne depuis le 26 juin 2020 - modifié le 25 juin 2020

A Berne, les organisations de soutien #evacuezMAINTENANT, Amnesty International et le réseau de la Charte de la migration, ont remis le 23 juin 2020 deux pétitions et appels au Conseil fédéral. Plus de 50’000 personnes et 132 organisations demandent l’évacuation des camps de réfugié·e·s des îles grecques et l’admission immédiate d’un important contingent de réfugié·e·s en provenance de ces camps par la Suisse. C’est un signal fort pour que notre pays agisse afin de protéger ces personnes gravement menacées et s’engage en faveur d’une réforme du système de Dublin.

Amnesty International Suisse a publié un communiqué de presse le 23 juin 2020 que nous reproduisons ci-dessous:

Camps de réfugié·e·s des îles grecques. La Suisse doit enfin agir!

Communiqué de presse publié le 23 juin 2020, Berne. Contact du service de presse

Plus de 50’000 personnes et 132 organisations demandent l’évacuation des camps de réfugié·e·s des îles grecques et l’admission immédiate d’un important contingent de réfugié·e·s en provenance de ces camps par la Suisse. C’est un signal fort pour que notre pays agisse afin de protéger ces personnes gravement menacées et s’engage en faveur d’une réforme du système de Dublin.

Depuis des années, la situation des réfugié·e·s basé·e·s dans les camps des îles de la mer Egée se dégrade. Les tensions nées de la décision prise fin février par la Turquie de laisser les réfugié·e·s poursuivre leur chemin vers l’Europe et le confinement total décrété dans les camps de réfugié·e·s en Grèce ont encore aggravé la situation. Les gens vivent à proximité les uns des autres, et les conditions d’hygiène et de salubrité ne permettent pas une protection suffisante en termes de santé. Les soins médicaux sont insuffisants tout comme l’accès à l’eau et à un logement. Le confinement total a, en outre, fortement restreint les quantités de nourriture accessibles et engendré une augmentation de la violence déjà préexistante.

«La situation dans les camps en Grèce, où vivent des dizaines de milliers de réfugié·e·s et de migrant·e·s, est la conséquence d’un renoncement à la responsabilité collective de les protéger. Il faut agir immédiatement afin d’accueillir ces personnes», a déclaré Alexandra Karle, directrice d’Amnesty International Suisse.

«La Suisse n’a pour l’instant accueilli que 23 mineurs non-accompagnés. Ceci est largement insuffisant et ne répond que trop faiblement au besoin de protection des milliers de personnes menacées. La Suisse ne fait qu’appliquer le règlement de Dublin, alors qu’un effort supplémentaire devrait impérativement être entrepris pour soulager la Grèce et protéger les réfugié·e·s des effets dramatiques de la surpopulation et des conditions de vie inhumaines dans les camps.»

La Suisse concernée

La Suisse doit agir car elle a sa part de responsabilité dans la crise qui se joue sur les îles grecques. En effet, cette situation est une conséquence prévisible du système de Dublin, qui contraint les requérant·e·s d’asile à déposer leur demande dans le premier pays européen où ils arrivent. En vertu de ce système, les pays qui se trouvent aux frontières de l’Europe enregistrent un nombre de demandes d’asile beaucoup plus important que les autres, ce qui provoque des situations inacceptables comme celles que vivent les réfugié·e·s des camps grecs.

La Suisse profite directement de ce système puisqu’il empêche la majorité des requérant·e·s d’asile et des réfugiée·e·s d’arriver sur son territoire. D’ailleurs, les chiffres du nombre de demandes d’asile n’ont jamais été aussi faibles depuis 2007 en Suisse, et les centres fédéraux sont actuellement largement sous-occupés. La Suisse est en outre l’un des pays qui applique le plus strictement le règlement de Dublin en renvoyant systématiquement les requérant·e·s vers le premier pays où ils ont effectué leur demande.

Réformer Dublin

Le Conseil national a adopté la semaine passée une motion demandant au Conseil fédéral que la Suisse fasse preuve de solidarité face à la situation en Grèce et qu’il s’engage en faveur d’une réforme de l’accord de Dublin. Le Conseil fédéral s’est lui-même positionné à plusieurs reprises contre le système de Dublin.

«Notre gouvernement a maintenant la possibilité de lancer un signal clair, en montrant son soutien à la Grèce et en accueillant rapidement un important contingent de réfugié·e·s. La Suisse doit aussi s’engager au niveau européen pour favoriser une réforme du système de Dublin et participer à la mise en place d’un système de répartition solidaire des réfugié·e·s, afin que chaque pays européen participe à l’effort collectif», a conclu Alexandra Karle.


En relation avec cet article

, , , ,