top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Santé | Troubles psychiques: pas de soins pour les sous-hommes

En ligne depuis le 5 avril 2011 et publié dans - modifié le 9 juillet 2017

Vivre Ensemble l’a souvent affirmé. Une enquête de l’Université de Zurich le démontre 
clairement: le suivi médical pour les demandeurs d’asile est insuffisant. La presse en a rendu compte le 14 décembre 2010. Il vaut la peine d’y revenir pour en évidence certains aspects qui n’ont pas été relevés par les médias et souligner l’ampleur du problème.

La recherche menée à Zurich met en évidence que 41% des 78 requérants interrogés souffrent de troubles psychiques, mais que seul un tiers a reçu un traitement approprié, malgré de fréquentes consultations médicales. En clair, les demandeurs d’asile ne sont pas soignés correctement. Mais le problème est encore plus grave que cela. En effet, cette enquête ne porte que sur des requérants en séjour régulier, et dont la procédure se prolonge depuis un an au moins, ainsi que quelques réfugiés ayant obtenu un statut (humanitaire ou autre). Elle néglige par contre totalement les cas de non-entrée en matière et autres déboutés qui se retrouvent «illégalisés», avec une aide d’urgence minimaliste dans laquelle l’accès aux soins est encore plus problématique (Vivre Ensemble, n°116).

Le problème réel de l’abandon des personnes venues demander l’asile en Suisse à leurs souffrances psychiques est donc beaucoup plus grave que ne le montre cette étude, même si certains cantons, comme Genève, s’efforcent de faire mieux (l’étude ne porte que sur des cas attribués au canton de Zurich, connu pour sa dureté à l’égard des NEM et des cas humanitaires).

Autre lacune, cette étude subventionnée omet de rappeler la longue 
chaîne des décisions administratives et politiques qui ont conduit à cette situation. Elle évoque le manque d’interprètes qualifiés – obstacle majeur pour des soins hypnothérapeutiques – mais se garde de rappeler que de nombreuses revendications dans ce sens se sont heurtées à une fin de non recevoir (Vivre Ensemble, n°124). Elle ne mentionne pas la modification de la loi sur l’asile, adoptée en 2006, qui prive les requérants de la liberté de choisir leur médecin, ni la dégradation de leurs conditions de vie organisée depuis vingt ans par nos autorités (“L’éradication des requérants déboutés“, Vivre Ensemble, n°129), pour ne pas parler du refus d’appliquer la LAMAL aux personnes à l’aide d’urgence.

En bref: cette étude démontre qu’il y a carence dans les soins, mais sans voir que celle-ci est délibérée. Notre pays a voulu faire vivre les personnes du domaine de l’asile comme des sous-hommes, pourquoi donc chercherait-il à les soigner correctement ? Les carences relevées par l’étude zurichoise ne se corrigeront hélas pas sans une remise en question fondamentale de toute notre politique d’accueil, volontairement dissuasive à l’égard de celles et ceux qui viennent nous demander protection.

Yves Brutsch

“Mental Health and healthcare utilisation in adult asylum seekers“, UNZH, Maier, Schmid, Mueller, Swiss medical Weekly, 19.11.10. L’étude porte sur 78 requérants d’asile attribués au canton de Zurich durant leur première année de procédure. Elle conclut à un coût plus élevé en terme de soins des requérants d’asile que la population résidente et constate que sur le plan de la santé mentale, les requérants d’asile malades sont sous-diagnostiqués et souvent mal soignés.

, , ,