Aller au contenu
Sensibilisation dans les écoles

Migr’asile. A la rencontre des élèves

Interventions pédagogiques par des actrices et acteurs de terrain autour du thème de l’asile et des migrations dans les classes du Secondaire II du canton de Genève.

Illustration extraite de la brochure sur les préjugés. Ambroise Héritier

Connaître les faits, comprendre la réalité du terrain par la voix d’actrices et d’acteurs directement impliqué·es auprès des personnes concernées vise à permettre à la jeune génération de se forger une opinion indépendante, à démêler le vrai du faux. 

La démarche et infos pratiques 

Les différentes associations partenaires de Migr’asile proposent des interventions dans des classes du secondaire II du canton de Genève sur les questions touchant à l’asile, au droit des étranger·ères, à la réalité des personnes sans titre de séjour, etc.

Objectifs du projet

  • Sensibiliser les élèves à la problématique du droit des étranger·ères et de l’asile à partir du système migratoire suisse
  • Identifier les préjugés sur l’asile et les étranger·ères
  • Donner aux élèves des outils de compréhension et d’analyse pour leur permettre de se forger une opinion fondée sur des éléments factuels.
  • Donner un visage humain à des questions souvent résumées par des statistiques

À chaque action, une facette de la réalité et une approche pédagogique

  • Une complémentarité au travail de l’enseignant·e. Chaque association intervient selon son domaine de spécialisation (migrations, asile, situation administrative, etc.). La formation proposée se veut complémentaire du travail de l’enseignant·e. Les interventions sont basées sur le dialogue, la mise en situation, le jeu, l’analyse des médias et/ou témoignage.
  • Le témoignage, apports et enjeux. Certaines associations privilégient la participation d’une personne pouvant témoigner de son parcours migratoire, des raisons de son exil, de sa situation en Suisse. D’autres estiment cette option trop sensible, en particulier lorsque cela concerne les personnes en situation irrégulière. Si le témoignage d’une personne présente un indéniable impact pédagogique et permet de confronter des idées reçues à la réalité, il soulève des enjeux importants, que chacun·e doit avoir à l’esprit pour entrer positivement dans cette démarche (cf. Apport du témoignage et enjeux).
  • Acteurs et actrices du terrain, témoins d’une réalité. De par sa connaissance du terrain, des pratiques et des aspects juridiques et sociaux liés aux thématiques abordées en classe, l’intervenant·e offre également un regard particulier, et souvent réfléchi, de sa propre action et permet aux élèves d’acquérir une meilleure compréhension de la réalité de l’asile et des migrations en Suisse.

Déroulement des ateliers

Ces interventions durent 1h30 (2 x 45 minutes) pour chacune des classes et s’inscrivent usuellement dans le cadre des cours de géographie et de politique et citoyenneté.

A noter que concilier les horaires scolaires avec les agendas souvent chargés des associations est compliqué.  Coordonner ces deux éléments avec les disponibilités des personnes amenées à témoigner requiert une planification et une organisation en amont. Nous vous remercions pour votre compréhension et votre souplesse.

Public-cible

Pour l’heure, ces ateliers s’adressent aux étudiant·es de l’enseignement post obligatoire (Secondaire II) du canton de Genève.

Vivre Ensemble ne gère pas l’organisation pratique des interventions. Elle invite les enseignant·es à contacter directement les associations (voir « Comment faire?« ) En cas de question générale sur le projet  Migr’asile, coordonné par Vivre Ensemble, vous pouvez nous envoyer un e-mail à ecole@asile.ch, consulté périodiquement.

CONTRIBUTION FINANCIÈRE

Grâce aux témoignages de personnes migrantes et à l’ intervention de professionnel·les du domaine de l’asile et de la migration qui apportent leur expertise respective, ces ateliers offrent aux enseignant·es la possibilité de compléter les aspects théoriques étudiés en classe. La préparation et la coordination de ces ateliers représentent un investissement pour les associations qui souvent  disposent de ressources financières et humaines limitées. C’est pourquoi, dans la mesure du possible, une contribution financière est demandée pour ces interventions. Dans le canton de Genève, le DIP finance 30 interventions des associations partenaires de Migr’asile en 2021-22.

Soutiens du projet +

Migr’asile a pu bénéficier du soutien du Département de l’Instruction Publique (DIP) et du Service Agenda 21 de la Ville de Genève. Depuis 2020, les interventions sont financées par le DIP.