top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

L’Escale | Kaveh Bakhtiari

En ligne depuis le 17 janvier 2014 et publié dans

Il y a trois ans, mon cousin était bloqué en Grèce avec d’autres migrants.
A l’époque, il n’avait pas encore décidé d’abandonner et de retourner en Iran.
A l’époque, il était encore vivant.

C’est par ces trois phrases que s’ouvre le film l’Escale, du réalisateur Kaveh Bakhtiari, sélectionné pour la Quinzaine des réalisateurs 2013 à Cannes. Un film intimiste, en immersion, dans le quotidien confiné de cinq hommes, une femme et un enfant débarqués isolément à Athènes sur leur route pour l’Europe et les Etats-Unis d’Amérique, et bloqués dans leur élan en Grèce. Sept personnes filmées, caméra au poing, durant un an, dans le petit appartement d’Amir, en sous-sol, à l’abri des regards extérieurs. Sept personnes qui se confient à la caméra, à Kaveh Bakhtiari, à nous, et qui finissent par nous devenir proches. Des visages, des yeux, qui disent la peur d’être arrêtés et emprisonnés, le poids de l’incertitude et du temps perdu. Des personnes dont le passé est tu, et l’avenir incertain. L’Escale aurait pu se passer n’importe où. C’est une histoire de l’Europe des migrants. Elle se passe en Grèce.

Affiche du film L'escale de Kaveh BakhtiariKaveh Bakhtiari, pourquoi ce film, pourquoi ce sujet?
C’était un concours de circonstances. J’étais en train d’écrire un film de fiction sur le sujet. On est toujours plus intéressant quand on parle d’un sujet que nous connaissons. Et l’émigration fait partie de mon histoire puisque je suis arrivé d’Iran à 9 ans avec mes parents et mes deux frères. Mon précédent film, La Valise, faisait la tournée des festivals, et passait par la Grèce. Au même moment, j’ai appris que mon cousin avait été arrêté et emprisonné pour 3 mois à Athènes pour séjour illégal. Je voulais aller l’aider. Et je me suis dit que je pourrais en profiter pour faire des repérages pour mon prochain film.
Vous filmez ce quotidien d’attente insupportable, de tentatives de poursuivre cette route vers l’Europe. Mais on ne sait rien du pourquoi ils sont là, et qu’est-ce qui peut bien les pousser à vouloir supporter une situation pareille…
C’était la règle du lieu, la maison d’Amir, le compatriote qui les héberge: ne pas parler du passé. C’est comme cela que j’ai pu entrer chez eux, avec ma caméra. Je n’osais pas leur poser la question et très vite je comprends qu’ils sont des survivants. Ce qui les intéresse, c’est de savoir s’ils vont rester en vie et avoir un avenir. Nous-mêmes ne savons pas d’où ils viennent ni ce qu’ils vont devenir. Cela permet de ne pas les hiérarchiser, de ne pas les étiqueter, comme le ferait un Bureau de l’immigration, par exemple. C’est devenu le concept narratif du film.

C’est-à-dire?
Le passé de chacun, son devenir se situent en dehors de la frontière du film. Le film devient métaphoriquement une île déserte. On vit une expérience de clandestinité en tant que spectateur et nous n’avons pas besoin de clefs de lecture socio-politique pour les comprendre et s’attacher à eux.

Et vous, comment vous positionniez-vous, avec votre statut, votre passeport suisse ? Vous alliez aider votre cousin à sortir de prison, avez-vous tenté des démarches?
J’ai passé 95% de mon temps à essayer de les aider de diverses manières. Ils étaient arrêtés pour séjour illégal ou pour avoir tenté de traverser la frontière. Il suffisait juste que la police sache que quelqu’un les cherche pour qu’ils soient libérés! On parle de lutte contre l’immigration illégale, mais il s’agit d’une guerre contre les migrants, je crois.

Propos recueillis par Sophie Malka

Le film sortira le 27 janvier à Lausanne, le 28 janvier à Genève, le 1er février à La Chaux-de-Fonds, le 2 février à Fribourg et Neuchâtel.
> Dates et lieux de projection du film en  Suisse et en France sur le site de L’Escale

 

Le film a été tourné en Grèce en 2011-2012, alors que la Cour européenne des droits de l’homme vient de déclarer les renvois Dublin vers ce pays illégaux, du fait d’un système d’asile défaillant. Et avant qu’un parti néo-nazi, à la faveur de la crise, accède au pouvoir démocratiquement et qu’il puisse intensifier ses razzias anti-immigrés, sous l’œil complice des forces de l’ordre pour moitié acquises à leur cause. L’assassinat d’un chanteur de rap antifasciste grec a conduit le gouvernement à déclarer en septembre dernier le parti illégal.

> Sur la situation en Grèce, retrouvez notre chronique-monde “Grèce | Le traquenard européen”, qui contient de la documentation et de nombreux liens

Ce témoignage fait partie d’un dossier de témoignages publiés dans le numéro de décembre de Vivre Ensemble (lire l’éditorial).

Voir aussi:

Tous les billets publiés sur notre site concernant la Grèce:

, ,