top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Stopexclusion sur la votation “contre l’immigration de masse”

En ligne depuis le 9 février 2014 - modifié le 24 février 2014

Un jour noir pour la dignité des Suisses et des migrant-e-s

Billet publié sur le site de Stopexclusion, le 9 février 2014. Cliquez ici pour lire ce billet sur le site de Stopexclusion.

La Coordination contre l’exclusion et la xénophobie – Stopexclusion prend acte avec consternation du résultat national du vote sur l’initiative « contre l’immigration de masse ». Face à une série de problèmes réels (pénurie de logements, pression sur les salaires, etc.) mais sans grand lien avec l’immigration, l’étranger a une fois encore fait office de bouc émissaire et les solutions simplistes l’ont emporté. Le résultat genevois, auquel Stopexclusion a contribué, n’est qu’une maigre consolation.

Stopexclusion exprime aujourd’hui ses craintes pour l’avenir : si les votant-e-s qui ont fait pencher la balance ont voulu exprimer un souhait de mieux maîtriser l’immigration, c’est bien un repli nationaliste qui ressort des urnes au final, et celui-ci n’augure rien de bon ni pour la Suisse, ni pour l’Europe. Mais plus que pour l’économie – qui s’en remettra certainement tôt ou tard – Stopexclusion s’inquiète de la situation des migrant-e-s à la suite de la victoire de l’initiative. Certes, quelques travailleurs hautement qualifiés, échaudés par les tracasseries administratives, choisiront désormais peut-être une autre destination. Mais l’acceptation de l’initiative n’aura pas d’influence sur le nombre de personnes qui quittent leur pays par besoin (économique ou de protection).

« Nos lois n’empêchent pas les migrant-e-s d’arriver ici, n’en déplaise à certains. Par contre, elles déterminent comment ces personnes sont traitées. En raison de ce vote, celles et ceux qui continueront, inévitablement, de tenter leur chance en Suisse le feront dans de plus mauvaises conditions, et avec moins de droits qu’auparavant », déplore Marianne Halle, chargée de communication au Centre de Contact Suisses-Immigrés et membre de Stopexclusion.

 L’acceptation de l’initiative entraînera une précarité accrue, repoussera toujours plus de personnes dans la clandestinité, et mettra en péril l’intégration des étrangers-ères. Il s’agit également d’un signal très négatif pour l’avenir : « Les droits remis en question par la réintroduction des contingents, comme celui du regroupement familial, sont inscrits dans la Convention européenne des droits de l’Homme et protègent également les Suisse-sse-s. Les remettre en question engage la Suisse sur une pente extrêmement dangereuse pour toutes celles et tous ceux qui y résident, Suisses-ses ou étranger-e-s.», note encore Aldo Brina, président de la Coordination.

 Malgré ce résultat négatif, les composantes de Stopexclusion restent déterminées à lutter contre toutes les velléités d’exclusion et de repli, et à défendre une société ouverte, solidaire et humaine.

Le Temps a publié, le 9 février 2014, un entretien avec Roger Piccand, chef du Service cantonal vaudois de l’emploi, dont en voici un extrait:

Le Temps: L’initiative introduit une nouveauté: les contingents de permis s’appliqueront à tous les étrangers.

Roger Piccand: Oui, si je comprends bien les initiants, leur texte concernera aussi les frontaliers et les requérants d’asile. A l’époque, les quotas ne s’appliquaient qu’aux permis de travail de saisonniers, puis de courte durée et de longue durée. Cela s’annonce très compliqué. Prenez les requérants: des circonstances extérieures qui nous échappent sont à l’origine de leurs venues en Suisse.

 Voir aussi:

Voir également cette infographie intéressante, produite par Martin Grandjean et publiée sur son blog, le 9 février 2014:

ImmigrationDeMasseVotation

Dans le graphique ci-dessus, les 26 cantons suisses, représentés par des cercles de taille proportionnelle à leur population, sont répartis horizontalement en fonction du pourcentage d’acceptation de l’initiative et verticalement en fonction du pourcentage d’étrangers résidents.

À deux exceptions près, tous les cantons qui ont voté majoritairement “OUI” à l’initiative contre l’immigration de masse sont des cantons dont le taux d’étrangers est inférieur à la moyenne nationale1Est-ce à dire que la peur de l’étranger est alimentée par sa méconnaissance ? Aux deux extrêmes, le Jura (JU) et le Tessin (TI) sont les seuls cantons auxquels semble s’appliquer une règle différente.

Et la carte produite par MicroGIS sur les résultats de cette votation, qui montre également un fort clivage communes rurales/communes urbaines:

MGimm1

Voir aussi le billet “Martin Grandjean | Xénophobie et statistiques” que nous avons publié sur notre site, le 21 janvier 2014.

,