top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Projet de film | On the bride’s side – Gabriele del Grande

En ligne depuis le 3 juin 2014 - modifié le 4 juin 2014

Un poète palestinien et un journaliste italien -Gabriele del Grande, créateur du blog Fortress Europe– rencontrent cinq syriens et palestiniens, arrivés en Italie par Lampedusa, après avoir fui la guerre en Syrie. De cette rencontre naît le projet “Io sto con la sposa” (“Moi, je suis du côté de la mariée”): les exilés et les activistes pour les droits des migrants qui les accompagnent traversent les frontières européennes clandestinement, déguisés en invités d’un faux mariage, pour arriver enfin en Suède et demander l’asile politique. Une aventure émouvante qui a eu lieu sur la route de Milan à Stockholm entre le 14 et le 18 novembre 2013. Le voyage a été filmé et fera l’objet d’un documentaire, qui devrait sortir l’automne prochain.

“Quand la guerre est arrivée chez nous, on n’a plus parlé d’autre chose. Des milliers de personnes fuyaient la guerre en Syrie et arrivaient chaque jour à Milan en passant par Lampedusa. Souvent nous les accueillions chez nous avant qu’ils ne partent avec des contrebandiers pour la Suède. Nous voulions les aider, mais nous ne savions pas comment faire. Mais un jour, nous nous sommes posés la question: “Pourquoi ne pas faire un mariage? Qui arrêterait un mariage?”. Une fois l’idée proposée à Abdullah, Manar, Alaa, Mouna, Ahmed et Tasnime, il était trop tard pour changer d’avis. Parce que quand vous trouvez des complices pour vos rêves, vous ne pouvez plus faire marche arrière.

Au moment de la sortie du film, nous, les réalisateurs, pourrions être condamnés à une peine pouvant aller jusqu’à quinze ans de prison pour avoir favorisé l’immigration clandestine. Mais nous sommes prêts à prendre ce risque. Parce que le temps est venu de désobéir à des lois qui, durant les vingt dernières années, ont causé plus de 20 000 morts sur la frontière de la Méditerranée. Voyager n’est pas un crime. Le crime, c’est de fermer les yeux devant les morts du voyage et de la guerre. Et des milliers de personnes pensent comme nous. Ce sont les personnes auxquelles nous demandons de soutenir ce film. Nous avons pris un risque fou. Mais nous voulons croire qu’il existe encore une communauté de personnes, en Europe et en Méditerranée, qui rêvent comme nous qu’un jour cette mer arrête d’avaler les vies de ses voyageurs et redevienne une mer de paix, une mer sur laquelle tout le monde soit libre de voyager, et où personne ne divise les hommes et les femmes entre légaux et illégaux.” 

Gabriele del Grande

20140518020423-IO_STO_CON_LA_SPOSA_cover_progetto_lowLe documentaire est financé par le principe du crowdfunding (financement par le bas). Pré-production, production et post-production du film devraient coûter 150 000 euros. La troupe doit récolter au moins la moitié de la somme avant la fin du mois de juin, afin de clôturer le film à temps pour l’inscription au festival de Venise, et être prête pour la distribution dans les salles italiennes en automne. En échange d’une petite donation, les réalisateurs offrent le téléchargement gratuit du film, un DVD, un livre, un billet de cinéma, un t-shirt, ou encore une projection en avant-première avec la troupe. En jeu, il y a beaucoup plus que le documentaire en soi. Il y a la possibilité de démontrer que la Méditerranée n’est pas seulement un cimetière: elle peut être encore et toujours la mer qui nous unit.

Pour devenir l’un des producteurs du documentaire “Io sto con la sposa”, cliquez ici.

Lire également l’article “Blog | Fortress Europe. Édition Française“, publié sur notre site le 7 octobre 2013.

, , , ,