top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Genève, premiers pas vers une meilleure prise en charge des mineurs

En ligne depuis le 26 septembre 2014 et publié dans - modifié le 30 juillet 2017

Une task force a été mandatée en mars 2013 par le gouvernement genevois afin d’améliorer les conditions d’existence des mineurs relevant du domaine de l’asile et hébergés dans les foyers du canton. Son premier rapport, publié à l’automne, visait à établir un état des lieux et formulait un certain nombre de recommandations. Hébergement, encadrement éducatif, besoins nutritionnels et d’hygiène, le tableau dressé dans le rapport témoigne des carences dans la prise en charge des mineurs, accompagnés et non accompagnés, à Genève. Des conditions prétéritant les capacités d’apprentissage scolaire des enfants, mais également leur insertion sociale et leur bien-être.

Au titre des recommandations pour les mineurs non accompagnés (MNA), on notera l’exigence de leur offrir un lieu d’hébergement adapté et sécurisé: notamment en séparant les requérants d’asile mineurs non accompagnés, filles et garçons, des adultes; en proposant des espaces communs pour leur permettre de se retrouver et simplement de manger ensemble; en leur affectant des éducateurs pour que chacun ait un référent «parental» – le rapport relevait en effet que les MNA étaient livrés à eux-mêmes le soir et le week-end.

Le renforcement de l’encadrement est également un besoin identifié pour les mineurs vivant avec leur famille. Enfin, le rapport recommande d’augmenter les montants de subsistance des MNA et des enfants dont la famille est à l’aide d’urgence. L’objectif est de «garantir que les besoins nutritionnels des mineurs sont couverts». Tout simplement.

47 familles étaient assujetties à l’aide d’urgence à Genève au moment de la publication du rapport. Sur toute la Suisse, plus de 2300 enfants vivent sous ce régime d’existence minimal de survie (un nombre en nette augmentation: en 2008, ils étaient 317).

Le chantier est ouvert et les jalons posés. Un deuxième rapport est attendu à la rentrée scolaire. Il permettra de mesurer les avancées et la détermination des autorités genevoises à garantir un tant soit peu le principe qu’un enfant a des droits, quel que soit son statut.

Sophie Malka

Pour télécharger le premier rapport de la Task force concernant les conditions d’existence des mineurs dans les centres d’accueil (octobre 2013), cliquez ici.

, , ,