top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Une charte pour les mineurs non accompagnés

En ligne depuis le 4 novembre 2014

Du 1er au 2 novembre 2014, a eu lieu une conférence de et avec des requérant-e-s d’asile mineurs non-accompagné-e-s (MNA) du projet Speak out!. Les résultats de la conférence ont été présentés au public le 3 novembre par une charte rédigée avec les demandes et souhaits des MNA.

mna-konferenz_1_thumb_550x400

Thème du colloque

Pendant leur séjour en Suisse, les mineur-e-s non accompagné-e-s (MNA) ont rarement la possibilité de parler et d’être écoutés sur les difficultés qu’ils et elles ont vécues. Le droit à la participation inscrit dans la Convention des droits de l’enfant n’est donc pas garanti. C’est pour cela que les MNA du projet de participation Speak out! du Conseil Suisse des Activités de Jeunesse (CSAJ) ont élaboré, lors d’une conférence organisée par et avec des MNA, une charte comprenant les revendications et les préoccupations sur la situation des MNA en Suisse. Ils et elles ont conçu cette charte avec des expert-e-s. Le résultat peut désormais être présenté au public. Les préoccupations des jeunes vont du processus de demande d’asile aux permis en passant par les différentes situations entre les cantons et le logement. Ces thèmes formeront donc les points-clés de la présentation.

Voir aussi l’article, “Doléances d’ados requérants“, publié notamment dans La Liberté, le 4 novembre 2014.