top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films-Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Fini de rire | Pour les réfugiés et les migrants, refuser la stratégie du «jugement dernier»

En ligne depuis le 8 novembre 2014 - modifié le 14 novembre 2014

Le jugement sans appel qui oppose les réfugiés aux migrants, les demandeurs d’asile aux immigrés, fait bon marché des réalités globales humaines, politiques, et même climatiques. Cette distinction d’autorité est-elle justifiée?

Billet publié sur le blog “Fini de rire“, le 7 novembre 2014. Cliquez ici pour lire l’article complet sur le blog Fini de rire hébergé par Mediapart.

Beaucoup « ont la conviction qu’il existe une différence absolue entre réfugié et migrant. Ils pensent que pour préserver l’asile, il faut maintenir cette différence ». (Karen Akoka [1])

Une tradition juridique et politique récente, veut que nous distinguions et séparions les demandeurs d’asile des migrants. Dans la vision commune, les premiers sont « politiques » et les seconds « économiques », étant sous-entendu que les premiers auraient plus de légitimité à passer les frontières, y compris illégalement [2], que les seconds. La distinction peut se justifier, mais jusqu’où tient-elle en fait et en droit?

Découvrez les éléments de réponse en cliquant ici.