top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Migreurop | Espagne: Compte-rendu d’une visite du centre de détention de Zona Franca

En ligne depuis le 28 novembre 2014 - modifié le 10 août 2015

Le 10 octobre 2014, Sos Racisme Catalogne, la fondation Migra Studium et Médecins du Monde Catalogne accompagnant  le parlementaire européen Ernest Urtasun (Verts, Espagne), ont effectué une visite non annoncée au «centre d’internement d’étrangers» (CIE) de Zona Franca à Barcelone, dans le cadre de la mobilisation Open Access Now 2014.

Compte-rendu de visite publié sur le site de Migreurop, le 19 novembre 2014. Cliquez ici pour lire le compte-rendu de la visite sur le site de Migreurop.

Ci-dessous, trois extraits du compte-rendu de la visite en français, en PJ le compte-rendu et le communiqué de presse de Sos Racisme (en espagnol).

  • Accès aux soins:

«L’assistance médicale est toujours inadéquate, malgré quelques améliorations. Le suivi psychologique – pourtant nécessaire – n’est pas prévu. L’infirmerie manque de moyens et aucune assistance n’est prévue la nuit, moment dans lequel ont eu lieu la plupart des incidents graves dans le centre (la mort d’Idrissa Diallo en janvier 2012, par exemple). Des situations de violences ont aussi été constatées quand, pendant la nuit, des détenus demandent à la police, en charge de la sécurité à l’intérieur du centre, de transférer un détenu ayant besoin de soins. Ca ne relève pas des compétences de la police de décider quel malade peut attendre le lendemain et quel malade doit être soigné immédiatement. La police n’est pas formée pour ça et ne devrait pas prendre en charge cette responsabilité.»

  • Accès des ONG:

«Par rapport à l’accès des ONG au centre, celles-ci peuvent y accéder, sur demande d’un détenu, pour des “visites parloirs”, ce qui limite la fonction de contrôle reconnue par la législation. Les boîtes aux lettres destinées aux demandes de visites et autres communications avec les ONG, les «juges de contrôle» et le directeur du centre, sont situées dans l’entrée, un espace qui n’est pas de passage, voir difficile d’accès pour les détenus».

  • Accès à l’information:

«Suite à la visite, nous nous sommes réunis avec le Directeur du CIE et le «deuxième chef provincial» […] Il a été impossible d’obtenir des infos sur le nombre d’expulsions et les motifs des placements en détention.»

Voir aussi :

http://www.sosracisme.org/general/entitats-de-tancarem-el-cie-constaten-unes-deficients-condicions-higieniques-i-condicions-mediques-limitades-en-una-visita-al-centre-dintermanet-de-bcn

http://www.btv.cat/btvnoticies/2014/10/10/atencio-medica-insuficient-cie-zona-franca/

http://www.ara.cat/societat/Urtasun-insisteix-CIE-Zona-Franca_0_1227477402.html

http://www.lavanguardia.com/vida/20141010/54417800102/urtasun-dice-que-el-cie-no-cumple-los-requisitos-minimos-de-derechos-humanos.html

Derniers billets publiés sur notre site concernant la problématique de la détention administrative:

,