top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Human Rights Watch | Expulsion massive de Somaliens au Kenya

En ligne depuis le 3 février 2015 - modifié le 4 février 2015

Human Rights Watch a déclaré dans un rapport que les autorités kényanes ont expulsé 359 Somaliens, dont au moins trois réfugiés enregistrés, depuis le début de leur opération de sécurité au début avril 2014. Les autorités n’ont pas permis de contester leurs expulsions vers la Somalie déchirée par les conflits. Le 20 mai, le Kenya a expulsé 98 personnes, dont 12 enfants, à Mogadiscio, sans avertir l’agence pour les réfugiés des Nations Unies (HCR) de cette déportation.

Human Rights Watch a publié son rapport sur les 359 expulsés somaliens n’ayant eu accès ni à des avocats ni à tribunaux. Pour lire l’article, cliquez ici et pour accéder au rapport cliquez ici.

rapportCe rapport de 68 pages est basé sur les entretiens de 101 réfugiés, demandeurs d’asile, et Kenyans d’ethnie somalienne. Le rapport dénonce la police qui utilise des grenades et envoie des mercenaires attaquer la banlieue Eastleigh de Nairobi, essentiellement somalienne. Un ordre du gouvernement prétextant reloger les réfugiés urbains dans des camps de réfugiés, a servi d’excuse pour violer, battre, extorquer de l’argent, et détenir arbitrairement au moins 1000 personnes. La police qualifie ces victimes de «terroristes», et exige des paiements pour les libérer. Human Rights Watch a aussi documenté 50 cas où les violations relevaient de la torture.

 

, ,