top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Accord Suisse-Italie | La baguette magique de Gattiker

En ligne depuis le 17 février 2015 et publié dans - modifié le 2 août 2017

Scepticisme généralisé des organisation de défense des réfugiés suite à l’annonce par les autorités suisses, le 26 novembre, d’un accord passé avec l’Italie pour garantir l’hébergement des enfants et l’unité des familles renvoyées en vertu du Règlement Dublin. Accord permettant, selon les autorités, le renvoi de la famille Tarakhel. «Il aura fallu un jugement de la Cour européenne des droits de l’homme pour qu’en deux heures de séance entre deux hauts fonctionnaires, on arrive à trouver une solution satisfaisante à un problème qui a inquiété l’Europe, la Suisse et d’innombrables ONG depuis plusieurs années!», ironisait Philippe Bovey, secrétaire romand de l’EPER sur les ondes de la RTS. Le directeur de l’ODM et son homologue italien auraient ainsi réussi à créer des milliers de places d’accueil pour des familles en Italie en un temps record…

Les mandataires de la famille Tarakhel n’ont pour l’heure pas eu accès aux fameuses garanties. Et c’est l’insuffisance de ces garanties, malgré laquelle d’innombrables décisions de renvoi ont été prononcées par la Suisse, qu’a relevée la Cour dans son jugement. Autrement dit, nombre de renvois de familles et de personnes vulnérables en demande de protection ont été effectués en possible violation des fameux articles 3 et 8 de la CEDH. L’ODM va-t-il réexaminer ces cas? Les garanties individuelles touchant les familles renvoyées sous le sceau de Dublin seront-elles à l’avenir fournies aux mandataires? On ne manquera pas d’en reparler.

Sophie Malka

, , , , , ,