top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

OSAR | Un signe clair de solidarité

En ligne depuis le 24 mars 2015

L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR salue la décision du Conseil fédéral d’accueillir 2000 réfugiés syriens dans le cadre d’un programme de réinstallation, de même que celle de faciliter l’octroi d’un visa humanitaire pour 1000 autres personnes, dont un proche parent – conjoint ou parent d’un enfant mineur – vit en Suisse au bénéfice de l’admission provisoire. L’aide apportée sur place sera également augmentée de 50 millions de francs.

Communiqué de l’OSAR du 9 mars 2015. Cliquez ici pour lire le communiqué sur le site de l’OSAR et ici pour télécharger le communiqué de presse en pdf.

Depuis longtemps, l’OSAR exige que la Suisse s’engage plus fermement dans le contexte de la crise humanitaire en Syrie. Elle salue donc les décisions du Conseil fédéral, qui démontrent un signe clair de solidarité envers les réfugiés et envers les pays tels que le Liban, la Jordanie et la Turquie, où fuit la majorité des réfugiés.

Le regroupement familial facilité

Pour les personnes admises à titre provisoire, les obstacles au regroupement familial sont très nombreux. En 2014, parmi les 3700 citoyens syriens qui ont déposé une demande de protection, près de 2800 ont obtenus une admission provisoire et seules 916 personnes ont reçu l’asile. En plus des conditions légales requises, les demandes de regroupement familial ne sont possibles qu’après un délai de trois ans à compter du moment de l’octroi de l’admission provisoire. Ces conditions restrictives au regroupement familial vont à l’encontre du droit au respect de la vie privée et familiale.

C’est pourquoi l’OSAR salue expressément la délivrance de visas aux membres de la famille nucléaire des personnes admises à titre provisoire en Suisse. L’OSAR rejette toutefois la limitation du nombre de personnes admises dans le cadre du regroupement familial, ceci pouvant mener à des injustices et à un manque de clarté. Pour assurer un conseil compétent et exhaustif aux personnes admises à titre provisoire, une définition concrète et une application cohérente des critères de facilitation de l’octroi des visas est nécessaire.

Une intégration rapide, un gain pour tous

Permettre l’arrivée légale des migrants est un premier pas sur la voie de l’intégration en Suisse. La présence des réfugiés nécessite de prendre des mesures supplémentaires pour que ces derniers puissent participer rapidement et équitablement à notre vie économique, sociale et culturelle. Dans ce contexte, le titre de séjour, l’apprentissage d’une langue nationale, la reconnaissance des diplômes et l’expérience professionnelle des réfugiés sont importants. Tout cela contribue à une intégration rapide et réussie sur le marché du travail et permet aux réfugiés de prendre leur vie en main. Ce système est bénéfique pour tous.

Dans le cadre des offres qu’elle propose (formation, hébergement privé, conseil juridique), l’OSAR est prête à participer à l’accueil et au conseil des réfugiés.

Des mesures supplémentaires et nécessaires possibles

L’OSAR a soumis début mars cinq revendications dans le contexte de la crise syrienne, parmi lesquelles figurent l’augmentation significative de l’aide humanitaire sur place, l’augmentation du nombre de places de réinstallation et l’assouplissement des conditions d’octroi de visas. L’OSAR exige aussi que les demandes d’asile des personnes en besoin de protection soient traitées prioritairement et que les 3000 Syrien-ne-s dont les demandes d’asile sont actuellement pendantes se voient accorder l’asile conformément aux  recommandations du Haut-Commissariat des nations unies pour les réfugiés (HCR).

Derniers billets publiés sur notre site sur la problématique du regroupement familial:

 

, , , ,