top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

L’illustré | L’asile en chaise roulante

En ligne depuis le 7 avril 2015 - modifié le 8 octobre 2015

Il avait fui le Nigeria, et demandé l’asile en Suisse. Mais le rêve de Steve Ebighbo, 39 ans, a tourné au cauchemar. Grièvement blessé dans l’incendie du centre de requérants des Tattes (GE), le 17 novembre 2014, il est désormais paraplégique.

Article de Robert Habel, publié dans L’illustré, le 11 mars 2015. Cliquez ici pour lire l’article complet sur le site de L’illustré.

Steve. Photo: Alberto Campi.

Steve. Photo: Alberto Campi.

Il arrive donc à Genève, où il n’est qu’un requérant parmi tant d’autres: «Le fonctionnaire m’a dit tout de suite: «Soyez bref!» Puis un passage à Vallorbe, où l’on ne s’attarde pas non plus sur son cas. Il faut savoir que, comme Steve Ebighbo est venu en Europe avec un visa français, la Suisse a parfaitement le droit de le renvoyer en France pendant six mois, sans explication. Les services de l’asile décident de l’héberger en attendant dans le centre des Tattes, à Vernier, en banlieue de la Cité de Calvin. Un centre vétuste et surpeuplé, qui abrite près de 700 personnes alors qu’il est prévu pour 500. C’est là qu’une nouvelle tragédie va le frapper.

Pour continuer la lecture de l’article, cliquez ici.

,