top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

The guardian | Le voyage le plus dangereux du monde?

En ligne depuis le 13 avril 2015

Chaque mois, jusqu’à 4000 Érythréens fuient le pays à la recherche d’un nouveau foyer, leur voyage longent les itinéraires réputés pour en lien direct avec la traite des êtres humains. Ici, nous suivons le parcours d’un réfugié durant son trek de trois ans.

Il se souvient d’une course, d’une course folle vers les collines. Les soldats étaient loin derrière, et il s’enfuit pieds nus sur les rochers.

w

Sur flick, photo “Gros arbre!” de fever_free.

Telles furent les premières étapes que connût Mehari Salomon, de ce qui est considéré comme la route de migration la plus périlleuse du monde et déjà il avait appris que la chance serait son compagnon le plus cher.A travers le paysage lunaire du nord de l’Erythrée, Solomon a marqué en octobre 2010 le début d’une odyssée de trois ans vers la Grande-Bretagne, qui le verra chassé par les trafiquants, contraint de boire sa propre urine, tenu en joue par des contrebandiers et traverser la Manche à l’arrière d’un camion transportant des choux réfrigérés.L’histoire de Salomon, loin d’être unique, est un conte moderne de la migration, qui conduit d’un des régimes les plus répressifs du monde vers un endroit considérés par les Érythréens comme la terre promise.Ce matin d’octobre, Salomon regarda une dernière fois en arrière vers la prison d’Exeter où il avait passé près de deux ans, vivant sous une grande tente avec près de 500 autres prisonniers de conscience capturés, lors de la répression du gouvernement sur les églises minoritaires de l’Érythrée.

Pour lire la suite de l’article de The Guardian, cliquez ici.

Derniers articles publiés sur notre site sur la problématique de l'Erythrée