top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Michel Porret | Réfugiés: détresse en stock !

En ligne depuis le 14 septembre 2015

Entre coutume ancienne et droit international, tout capitaine au long cours doit secourir chaque «navire en détresse» afin d’en sauver les passagers. On s’en convaincra en relisant Coke en stock (1958) de Hergé, ce réquisitoire humaniste contre le trafic des  humains et le racisme contemporains! Même le forban cosmopolite Rastapopoulos s’incline devant l’impératif de la solidarité maritime, inscrite dans les droits naturels de l’humanité. L’horrible bonhomme, trafiquant d’esclaves, d’armes et de drogue, est contraint de secourir  Tintin, Haddock, le pilote estonien Szut et Milou, naufragés sur un radeau de la Méduse en Mer rouge, après le mitraillage aérien de leur caboteur effectué par les Mosquitos de Bab El Ehr.

Opinion de Michel Porret, publiée le 10 septembre 2015 sur son blog, hébergé sur le site du Temps. Cliquez ici pour lire son opinion sur le site du Temps.

Comme la figure atroce d’une tragédie antique qui depuis les abysses accuse la faute des humains, le cadavre infantile d’Aylan vomi par le mer irritée est devenue l’icône planétaire du drame proche-oriental. Celui qui divise notamment l’Europe entre les partisans de la générosité humanitaire et les tenants de l’égoïsme national face aux damnés de la terre. Persuadée avec son vice-chancelier Sigmar Gabriel que les Allemands pourront gérer 500’000 réfugiés par an sur plusieurs années, Angela Merkel estime peut-être les chefs d’État européens sont les capitaines au long cours du vieux continent des droits de l’homme, en perte de puissance morale.

Les naufragés de la guerre

Leur devoir éthique: énoncer et appliquer  la politique de solidarité envers les naufragés de la guerre. À rebours des politiciens xénophobes ou attentistes devant l’effondrement proche-oriental, l’opinion publique incarne la solidarité historique en obligeant aujourd’hui l’ouverture des frontières allemandes et autrichiennes. La fraternité compassionnelle que prône le pape François balaie les politiques inhumaines des murs de la honte, des camps de rétention et des quotas.

L’Odyssée des «migrants» renvoie aux tragédies  de la fin des années 1930. Noyades en mer, ratonnades  sur terre, brutalités policières et canines en Hongrie,  camion de l’épouvante en Autriche: portés par ce cortège des violences les plus archaïques, les survivants changent de statut juridico-sémantique. Les «clandestins», bête noire des polices européennes, deviennent des «exilés», des «migrants», des «réfugiés». Nous sommes débiteurs de ces femmes, de ces enfants et de ces hommes que fracassent la guerre et les déplacements de population.

Liberty Ship

Avec le colonialisme de peuplement et d’exploitation, la puissance occidentale n’a-t-elle pas reposé depuis le XIXe siècle au moins sur l’asservissement des ancêtres de ceux qui aujourd’hui éprouvent  la frilosité des nantis après avoir survécu à la vénalité criminelle des passeurs-négriers? Ajoutée aux misères et aux malheurs de la guerre, l’inhumanité envers les réfugiés condense ce qu’a été durant les «Trente glorieuses» la xénophobie étatique et sociale envers les travailleurs-migrants.

Si maintenant l’Europe va toutefois accueillir moins «de 10% des quatre millions de réfugiés syriens» selon la une du Monde (11 septembre), on pourrait imaginer une politique ambitieuse  envers les naufragés de la guerre et contre le cynisme collectif. Les puissances maritimes des États démocratiques devraient armer une nouvelle flottille de Liberty Ships*. Sous pavillon commun, elle cinglerait vers les côtes orientales de la Méditerranée pour accueillir à bord les fracassés de la guerre.

L’armada de l’espoir constituerait l’arme démocratique contre les négriers contemporains, la violence institutionnelle envers les réfugiés et le terrorisme qui joue la fracture civilisationnelle. Coûteux vaisseau d’une utopie de la paix flottante en Méditerranée, le  Libery Ship d’aujourd’hui ancrera la solidarité inter-humaine dans l’universalité des droits de l’homme, au-delà de toute fracture géopolitique, nationaliste et confessionnelle.

* Le Liberty Ship est une classe de cargos de forts tonnages (près de 3000) construits aux U.S.A. durant la Seconde Guerre mondiale pour ravitailler les forces alliées.