top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Arte | L’Erythrée, Etat-prison que l’on cherche à fuir

En ligne depuis le 19 septembre 2015

4000. C’est le nombre de personnes qui fuient, chaque mois, l’Erythrée selon l’ONU. Cet Etat à peine plus grand que l’Angleterre, situé dans la Corne de l’Afrique, ne fait que rarement l’actualité. Pour cause: l’ordre règne dans ce pays dirigé depuis 22 ans par Issayas Afeworki, qui réduit toute voix contestataire au silence. Seuls ceux qui ont fui, et rejoint l’Europe, livrent aujourd’hui des témoignages de cette dictature qui parvient à détrôner la Corée du Nord dans le palmarès des pays les plus répressifs.

Article de Anne Charlotte Waryn, publié sur le site de la chaîne franco-allemande Arte, le 17 avril 2015. Cliquez ici pour lire l’article complet sur le site d’Arte.

Pour Léonard Vincent, ces Erythréens ne sonlivre les erythreenst pas “des migrants”, mais “des évadés”. Ce journaliste, ancien responsable du bureau Afrique de Reporters sans frontières, a consacré un livre à ce pays où chaque adolescent, garçon ou fille, se retrouve enrôlé dès ses 17 ans. Un service militaire obligatoire, durant lequel l’armée décide du métier et de l’emploi du temps de chaque citoyen, jusqu’à ses 50 ans. Seule échappatoire: fuir avant l’âge limite. Pour cela, il faut éviter les champs de mines aux frontières de l’Etat, et les patrouilles qui ont l’ordre de tirer à vue. Les moins chanceux, stoppés dans leur élan, atterrissent dans les nombreuses geôles de cet Etat-prison: des hangars à la périphérie des villes, des cellules de 3 m2, où chaque détenu est astreint au silence et à l’isolement, ou, encore, des containers situés en plein désert, où pour survivre à la chaleur, les prisonniers doivent à tout prix éviter de s’allonger sur le sol.

Pour continuer la lecture de l’article, cliquez ici.
Infographie: Arte

Infographie: Arte

Derniers articles publiés sur notre site sur la situation en Erythrée ou des réfugiés érythréens