top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

RTS, Temps présent | Avec les exilés de l’horreur

En ligne depuis le 19 octobre 2015

Ils sont des dizaines de milliers à fuir l’horreur de la guerre et les persécutions du groupe état islamique. Comme Rana, jeune maman irakienne ou Sarah, adolescente syrienne. Ils se jettent sur le chemin de l’exil dans un voyage interminable et d’une brutalité difficile à concevoir, où la faim, la peur et l’humiliation sont quotidiens. Ils tiennent bon, ils avancent. Ils veulent vivre et donner à leurs enfants le droit de vivre dignement. Reportage auprès des exilés de l’horreur.

Reportage d’Isabelle Ducret, diffusé à la RTS, le 15 octobre 2015. Cliquez ici pour voir le reportage.
RTS avec exiles horreur

Rana a fui Bagdad précipitamment, le jour où les menaces de kidnapping de ses trois enfants par le groupe état islamique sont devenues trop fortes. Alors elle est partie seule emmenant son vieux père malade du cœur. Rana marche huit kilomètres par jour avec toute sa vie dans deux sacs à dos, dont l’un rempli de couches pour ses deux plus jeunes fils. Elle n’a aucune idée où aller, elle avance en suivant la foule des réfugiés. En route, elle a rencontré un groupe de jeunes Syriens, des Kurdes, qui les ont pris en affection. Eux aussi, ils fuient la persécution. Nous les avons rencontrés en Serbie, aux portes de l’Europe, juste avant que la frontière hongroise ne se referme.

La majorité des réfugiés viennent de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan, trois pays où personne ne peut plus vivre décemment. Leurs récits sont faits autant d’exploits, de courage et de ténacité que de déchirement et d’incompréhension. Ils rêvent d’une Europe des droits de l’homme, ils se heurtent aux barbelés et aux forces de l’ordre, à la peur et à la faim, une réalité brutale qui met d’autant plus en valeur les gestes de certains citoyens généreux rencontrés au fil de leur périple.

Et puis il y a les profiteurs, les passeurs. Ils se sont organisés en un clin d’œil, profitant du désarroi des migrants acculés par des autorités restrictives. Un juteux business qui fonctionne à plein régime à la frontière serbo-hongroise, sous l’œil indifférent de la police.

Derniers billets publiés sur notre site sur la Syrie ou la situation des réfugiés syriens:

, , ,