top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

RTS, Vacarme | L’accueil des réfugiés: entre hostilité et hospitalité

En ligne depuis le 25 décembre 2015 - modifié le 29 décembre 2015

Depuis le début de l’été, des centaines de milliers de personnes fuient les combats ou le chaos en Syrie, en Afghanistan, en Irak, en Erythrée. Cette crise migratoire qualifiée de sans précédent depuis la Deuxième Guerre mondiale, génère deux courants opposés dans les populations d’Europe occidentale: accroissement de la solidarité et accroissement du rejet. Reportages en Allemagne et en Suisse, où les actes d’hostilité ou d’hospitalité se multiplient.

Reportages: Muriel Mérat / Réalisation: Matthieu Ramsauer / Production: Véronique Marti

Série de reportages diffusés dans le cadre de l’émission Vacarme diffusée sur la RTS durant la semaine du 14 au 20 décembre 2015.

Tout est sous contrôle (1/5)

L’Allemagne est le pays d’Europe qui a le plus ouvert ses frontières. Le pays s’attend à recevoir près d’un million de réfugiés d’ici à la fin de l’année contre 240’000 en 2014. Afin de gérer le flux des migrants, depuis le 13 septembre, c’est la police qui les accueille aux frontières. Comme à Wegscheid, petite ville de Bavière qui voit chaque jour arriver d’Autriche 1’200 demandeurs d’asile.

Le lundi, c’est Pegida (2/5)

Tous les lundis, les sympathisants de Pegida (Patriotes européens contre l’islamisation de l’occident) se retrouvent à 18h30 sur la place du Théâtre dans le centre de Dresde. Ils sont des milliers à venir toutes les semaines manifester contre la politique d’ouverture d’Angela Merkel.

Un village, une famille

Et si tous les villages de Suisse accueillaient une famille de réfugiés ? C’est l’idée que défend Nicolas Rouge. Pour la mettre en pratique, il sollicite le syndic de son village, Giez. Le projet est lancé, une association est créée et Nicolas Rouge croise les doigts pour que d’autres villages se lancent dans l’aventure.

Le château de la discorde

Le château de Rosière, propriété de l’évêché de Fribourg, va être transformé en centre d’accueil pour requérants d’asile. Deux communes fribourgeoises sont concernées par ce projet. Grolley, sur laquelle se trouve le château et Belfaux sa voisine. A Grolley, la nouvelle n’est pas bien accueillie. Les autorités communales déposent un recours et des habitants lancent une pétition. Dans le même temps, Sylvain Lang de Grolley et Christophe Dind de Belfaux, choqués par ces manifestations d’hostilité réagissent et créent un groupe de bénévoles pour s’impliquer dans l’accueil des réfugiés.

A la poubelle les étrangers!

Photographe lausannois d’origine serbe, Petar Mitrovic est arrivé en Suisse en 1991 à l’âge de 11 ans. Lui et sa famille ont fui la guerre de Croatie. Au micro de la reporter de Vacarme, il raconte son parcours entre stigmatisation et intégration.

Débat

Deux invités réagissent à des extraits de reportages diffusés durant la semaine:
  • Robin Stünzi, collaborateur scientifique au forum suisse pour l’étude des migrations et de la population (SFM) à l’Université de Neuchâtel.
  • Franziska Brantner, femme politique allemande. Députée au Bundestag– membre du parti Les Verts.

 

, ,