top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Intervention – Sur la base d’un fact-checking, le Comptoir s’adresse directement à l’auteur d’une information incorrecte ou  pouvant relayer une représentation stéréotypée de la réalité en matière d’asile, pour lui proposer une argumentation et de la documentation. Nous en publions une sélection, après échange avec le journaliste.

Les business des passeurs, un marché devenu lucratif par la fermeture des frontières

En ligne depuis le 1 avril 2016

Le Comptoir des médias est intervenu auprès de la rédaction de Mise au Point (RTS) concernant le reportage “L’Europe coûte que coûte“, qui a été diffusé le 4 octobre 2015. Notre intervention a porté sur la manière dont les passeurs ont été représentés et qualifiés.

Le 9 octobre 2015, nous avons écrit le message suivant à la rédaction de Mise au Point:

RTS_MaP_Europe et passeursNous vous félicitons pour la qualité de ce reportage et pour les propos de M. Faure. La figure du passeur y était décrite dans toute sa complexité. Comme vous le montrez, les passeurs ne sont pas toujours parties de grandes filières criminelles, mais peuvent être de simples vendeurs de bateaux pneumatiques ou de gilets de sauvetage, “sans scrupules” car vendant sciemment du matériel non fiable.

Dans l’interview qui suit le reportage, M. Faure affirme que la lutte contre les passeurs de l’Union européenne n’est pas la solution à la crise humanitaire actuelle, car “le business est tellement lucratif que même si on les mettait hors état de nuire, il y en aura toujours d’autres pour prendre la relève”. Pour que l’analyse soit complète, sans doute aurait-il fallu ajouter que si ce business est si lucratif, c’est en raison des efforts des Etats européens à rendre les frontières extérieures de l’Union européenne hermétiques. Plus les murs, barbelés ou opérations maritimes comme Navfor med -rebaptisée il y a quelques jours Sophia– se multiplient, plus la traversée de ces frontières est difficile et dangereuse pour les migrants et risquée pour les passeurs. Or à risque élevé, prix élevé. Les réfugiés, qui majoritairement sont en besoin de protection, n’ont de toute manière aucune alternative. C’est pourquoi ils ont prêts à payer n’importe quel prix pour réussir à entrer dans la Forteresse Europe.

L’article de Hein de Haas, co-directeur de l’Institute for Migration Studies et professeur aux Université d’Oxford et Amsterdam, nous montre le cercle vicieux dans lequel se trouve actuellement l’Union européenne, cercle vicieux qui a comme effet pervers celui d’augmenter le nombre de morts plutôt que de les diminuer.

HeinDeHaas_do not blame smugglers

À notre sens, votre analyse aurait mérité d’évoquer cet aspect fondamental: tant que les personnes persécutées n’ont pas accès au territoire européen pour y déposer une demande de protection, comme c’est leur droit, elles seront contraintes d’y accéder en prenant des voies irrégulières, et à mourir aux portes de l’Union.

Le 16 novembre 2016 nous avons reçu la réponse suivante de la part de la rédaction de Mise au Point:

Nous vous remercions vivement d’avoir pris la peine de nous écrire car nous sommes toujours ouverts aux remarques et critiques! Nous espérons donc pouvoir continuer à compter sur votre fidélité.

Derniers articles publiés sur notre site concernant la problématique des passeurs:

,