top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Commission européenne | L’UE lance un partenariat pour la mobilité avec la Biélorussie

En ligne depuis le 28 octobre 2016

Aujourd’hui, en marge de la session du Conseil «Justice et affaires intérieures» qui se tient à Luxembourg, l’UE a officiellement lancé un partenariat pour la mobilité avec la République de Biélorussie en vue de garantir une meilleure gestion des flux migratoires.

Communiqué de la Commission européenne, publié le 13 octobre 2016. Cliquez ici pour lire le communiqué sur le site de la Commission européenne.

Par ailleurs, M. Dimitris Avramopoulos, commissaire pour la migration, les affaires intérieures et la citoyenneté, M. Igor Shunevich, ministre de l’intérieur de la République de Biélorussie, et les ministres chargés de la migration dans les sept États membres de l’UE participant à ce partenariat (la Bulgarie, la Roumanie, la Pologne, la Hongrie, la Finlande, la Lettonie et la Lituanie) ont signé une déclaration conjointe établissant le cadre d’une future coopération dans le domaine de la migration et de la mobilité.

M. Dimitris Avramopoulos, commissaire pour la migration, les affaires intérieures et la citoyenneté, a déclaré à ce sujet: «Le lancement de ce partenariat pour la mobilité constitue une étape importante vers une plus grande coopération entre l’Union européenne et la Biélorussie en matière de migration, d’asile et de gestion des frontières. Si l’UE veut parvenir à relever les défis de la migration, nous devons également intensifier la coopération avec des pays voisins importants tels que la Biélorussie».

M. Robert Kaliňák, vice-premier ministre et ministre de l’intérieur slovaque, s’est exprimé en ces termes:«Le partenariat pour la mobilité renforcera la coopération entre experts dans les domaines de la migration, de l’asile et de la gestion des frontières, resserrant ainsi nos relations en matière d’affaires intérieures. En permettant de rapprocher les ressortissants biélorusses et les citoyens de l’UE, il constitue une avancée positive dans les relations Biélorussie-UE.»

Le partenariat pour la mobilité conclu entre l’UE et la Biélorussie fixe un ensemble d’objectifs politiques et définit un certain nombre de domaines dans lesquels le dialogue et la coopération entre l’UE et la Biélorussie seront instaurés afin de garantir une gestion la plus efficace possible des flux migratoires.

La République du Biélorussie témoigne d’efforts constants pour garantir une gestion efficace des frontières et lutter contre les réseaux transfrontières de traite des êtres humains et de trafic de migrants.

Dans le cadre du partenariat pour la mobilité, des mesures seront prises en vue d’accroître la coopération dans les domaines suivants: migration légale et immigration de la main-d’œuvre; asile et protection des réfugiés; prévention de la migration illégale et lutte contre ce phénomène, y compris le trafic de migrants et la traite des êtres humains; et maximisation de l’impact des migrations et de la mobilité sur le développement.

Contexte

La Biélorussie et l’UE ont conclu les négociations relatives au texte du partenariat pour la mobilité le 1er juin 2015. À ce jour, des partenariats pour la mobilité ont été établis avec la Moldavie (2008), le Cap-Vert (2008), la Géorgie (2009), l’Arménie (2011), l’Azerbaïdjan (2013), le Maroc (2013), la Tunisie (2014) et la Jordanie (2014).

Ces instruments constituent un cadre flexible, juridiquement non contraignant, pour la bonne gestion de la circulation des personnes entre l’UE et un pays tiers. Parallèlement à l’accord visant à faciliter la délivrance de visas et à l’accord de réadmission, qui sont toujours en cours de négociation, le partenariat pour la mobilité sera le principal instrument destiné à développer la coopération entre l’UE et la Biélorussie en matière de migration et à renforcer la mobilité des citoyens de l’UE et des ressortissants de la Biélorussie dans un environnement sûr et bien géré.

En 2015, le nombre de demandes de visa Schengen introduites depuis la Biélorussie s’élevait à 752 782. Les pays qui reçoivent le plus de demandes sont la Pologne et la Lituanie et, dans une moindre mesure, la Lettonie, l’Allemagne, l’Italie et l’Estonie. La Biélorussie compte le nombre de visas Schengen délivrés par habitant le plus élevé au monde et possède l’un des taux de refus de visa les plus faibles.

Il ressort de données sur les titres de séjour fournies par Eurostat que près de 140 962 ressortissants biélorusses résidaient dans l’UE en 2015, en particulier en Pologne (80 889), en Allemagne (18 140), en Italie (9 094), en Lituanie (6 188) et en République tchèque (4 964).

Derniers billets publiés sur notre site sur le processus d'externalisation:

, ,