top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Savoirs en Prisme | Article sur l’utilisation rhétorique des termes “afflux” et “invasion” d’exilés pour justifier la gestion en urgence de leur hébergement en Suisse

En ligne depuis le 8 novembre 2016

savoirsenprisme

Résumé de l’article de Cristina Del Biaggio, paru dans le numéro spécial sur le “malentendu” de la revue Savoirs en Prisme (novembre 2016):

Le manque de places d’hébergement pour demandeurs d’asile a été une thématique récurrente dans les médias en Suisse en 2014. Pour expliquer cette crise du logement, la «hausse des demandes d’asile» a systématiquement été invoquée par les autorités et répétée en boucle par les médias. L’ouverture d’abris de protection civile, souterrains, est, sauf dans de rares cas, la seule solution envisagée à court terme dans quelques cantons de Suisse romande. Or, malgré la situation géopolitique internationale, en Suisse, ladite hausse n’a pas été si «explosive» ou «extraordinaire», comparée aux années précédentes. Par conséquent, si les cantons peinent à loger les demandeurs d’asile, c’est qu’il y a d’autres raisons, conjoncturelles et structurelles. Je montrerai que le manque de lits est dû au fait que toujours plus de demandeurs d’asile ont le droit de rester et de s’installer en Suisse au regard du droit d’asile. Pourquoi les autorités et les médias ne proposent-ils pas cette grille d’analyse? Je pose l’hypothèse que la rhétorique de l’invasion, qualifiée de «mythe» par de Haas (de Haas 2008), est intégrée dans un «système de croyances». Une déformation de la connaissance faisant naître le malentendu (Lazar, 2005), servant à justifier des politiques d’urgence, notamment dans le domaine du logement pour exilés, et empêchant les journalistes d’enquêter sur les vraies raisons du manque de places d’hébergement.

Cliquez ici pour lire l’article sur le site de la revue.

,