top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Bande dessinée | Asylum

En ligne depuis le 27 décembre 2016

Livre de Javier de Isusi, paru en 2016. RAckham éditeur. Cliquez ici pour en savoir plus.

asylum_couverture

Au cours d’une visite de sa petite-fille Maialen, Marina évoque le périple qui – 80 ans plus tôt – l’a portée de l’Espagne ravagée par la Guerre civile jusqu’en France, puis au Venezuela. Ses souvenirs de l’exile se croisent et se fondent avec ceux de Sanza, Aina, Chris, Imelda et les autres qui de nos jours fuient la guerre et la violence, les mariages forcés, l’homophobie, l’esclavage sexuel.

Sous le pinceau de Javier de Isusi se déroulent les histoires de ceux qui, hier comme aujourd’hui, ont été forcés à quitter leur foyer pour sauver leur vie ou préserver leur intégrité. Des femmes et des hommes à la recherche d’un lieu où vivre dans la dignité et dont la détermination avec laquelle ils franchissent des frontières militarisées,  subissent des traitements discriminatoires, survivent à la mer, au désert, aux barbelés n’a d’égal que leur aspiration à une existence meilleure.

La fiction de Javier de Isusi s’enracine profondément dans la réalité et dans la mémoire, dans un ton et un style graphique très proche de Voir des baleines (Rackham, 2014; Sélection officielle Angoulême 2015). Javier de Isusi évoque le drame des réfugiés demandeurs d’asile tout en soulignant d’un côté l’absurdité et l’inutilité de toute sorte d’entraves et de barrières et en réaffirmant de l’autre le droit d’asile et le devoir d’accueil comme seuls remèdes à cette urgence planétaire.