top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Commentaires sur l’actualité: Le HCR choqué par les décès dans le désert du Sahara

En ligne depuis le 3 juin 2017

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, est consterné à la nouvelle des décès présumés de 44 migrants et réfugiés dans le désert du Sahara cette semaine, y compris des femmes et des enfants. Selon les survivants, un groupe de 50 personnes se dirigeait vers la Libye, lorsque leur camion est tombé en panne entre les villes d’Agadez et de Dirkou dans le désert au nord du Niger, les exposant à une chaleur extrême sans eau potable. Seuls six personnes ont pu être sauvées.

Communiqué du HCR, publié le 2 juin 2017. Cliquez ici pour lire le communiqué sur le site du HCR.

Il est clair que des passeurs mettent tout en œuvre pour exploiter les réfugiés et les migrants désespérés. Ces décès choquants relèvent de la traite d’êtres humains mise en œuvre par les passeurs étendant depuis le désert du Sahara leur piège meurtrier des traversées de la Méditerranée.

A l’intérieur du Niger, le HCR a récemment ouvert un bureau à Agadez – près des itinéraires de transit – visant à fournir aux réfugiés un accès rapide pour les demandes d’asile. Conjointement avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), ce bureau a pour mission d’avertir les voyageurs sur les périls du désert et des voyages en mer. Depuis janvier 2017, environ 17’000 migrants et réfugiés ont traversé la frontière vers la Libye depuis le Niger.

Le HCR intensifie également sa présence et ses programmes en Libye en réponse à l’aggravation de la crise humanitaire résultant du conflit, de l’insécurité, de l’instabilité politique et de l’effondrement de l’économie dans ce pays nord-africain. De nombreux réfugiés et migrants y sont mis en détention ou sont continuellement exploités par des trafiquants d’êtres humains. Des milliers de personnes ont trouvé la mort durant leur tentative de traversée de la Méditerranée centrale vers l’Italie depuis la Libye.

Le HCR recherche 75,5 millions de dollars afin de répondre aux besoins accrus pour l’aide humanitaire et la protection des personnes en Libye – y compris les déplacés internes et les communautés d’accueil, ainsi que les réfugiés et les demandeurs d’asile. L’appel comprend le suivi et les interventions en matière de protection, ainsi que le plaidoyer sur les questions liées au respect des droits humains, l’accès aux services élémentaires, les procédures d’asile et la liberté de circulation. Des ressources supplémentaires sont également requises au Niger, au Burkina Faso, au Mali et au Tchad pour aider à prévenir et à répondre aux risques associés à ces déplacements meurtriers.

Après cette toute dernière tragédie dans le désert du Sahara, nous réitérons notre appel à des alternatives crédibles à ces passages dangereux pour les personnes ayant besoin d’une protection internationale, y compris des voies accessibles et sûres pour rejoindre l’Europe – comme le regroupement familial, la réinstallation et le parrainage privé. Le HCR poursuit également ses efforts pour élargir les possibilités de réinstallation des réfugiés afin de sauver des vies.

 

, , , ,