top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

RTS |  “Est-ce éthique de renvoyer des requérants séropositifs de Suisse?”

En ligne depuis le 2 septembre 2017

Alors qu’à Paris prend fin la 9e Conférence internationale sur le sida, le Dr Matthias Cavassini dénonce le fait que la Suisse renvoie des requérants séropositifs déboutés dans des pays où l’accès aux soins n’est pas garanti.

Emission du 26 juillet 2017. Cliquez ici pour écouter les propos du Dr. Cavassini sur le site RTS Info.

“Les politiques ont une question morale à se poser”, estime Matthias Cavassini, médecin responsable des consultations des maladies infectieuses au CHUV, dans le Journal du matin de la RTS mercredi.

“Est-ce vraiment éthique de renvoyer des personnes quand on connaît la précarité du système de santé de leur pays d’origine?”

Car aujourd’hui, la séropositivité d’un requérant ne lui garantit pas l’asile en Suisse. “C’est un sujet dont on parle peu”, indique le médecin, qui estime que les Suisses n’aimeraient pas entendre qu’ils partagent l’assurance maladie avec des réfugiés séropositifs soignés dans le pays.

Une situation comparée à celle de la Seconde Guerre mondiale

“Pourtant, les Suisses sont sensibles d’avoir été impliqués de manière négative durant la Seconde Guerre mondiale pour avoir renvoyé des personnes en Allemagne en disant qu’elles y allaient pour travailler”, déclare Matthias Cavassini. “Et aujourd’hui, l’histoire se répète”, selon lui.

Une comparaison que le responsable du CHUV assume au vu de certains rapports et décisions des autorités suisses, qui se basent sur les garanties données par les pays d’origine.

Ces requérants pourraient être soignés en Suisse à “un coût pas élevé du tout”, ajoute Matthias Cavassini, qui rappelle qu’il s’agit d’une population plutôt jeune et capable de travailler. “Il faut arrêter de s’imaginer le séropositif comme une personne à l’AI!”

, ,