top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

visionscarto.net | En Malaisie, la société civile au chevet des réfugiés rohingyas

En ligne depuis le 16 octobre 2017

En mai 2015, des charniers sont découverts dans la jungle thaïlandaise à la frontière Malaisienne. Les victimes étaient des Rohingyas (peuple musulman de Birmanie) réfugiés ayant fui la Malaisie et les violentes persécutions de ses militaires. Bien que majoritairement musulman, la Malaisie leur refuse l’asile et les considère comme des migrants économiques clandestins. Entre les initiatives de la société civile pour les accueillir et l’instrumentalisation de leur cause par les autorités, la présence des Rohingyas est devenue un enjeu majeur de politique intérieure.

Un reportage d’Aude Vidal publié sur le site visionscarto.net, le 5 octobre 2017. Cliquez ici pour lire le reportage complet sur le site visionscarto.net.

En Malaisie, les Birmans représentent 90% des 150’000 personnes réfugiées prises en charge officiellement par le le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et les Rohingyas sont aujourd’hui le peuple le plus important avec 55 000 personnes (au moins le double, estiment les ONG, en tenant compte de celles et ceux qui peinent à se faire enregistrer). De nombreux réfugiés urbains vivent dans ce pays prospère où cohabitent Malais musulmans, Chinois et Tamouls.

Principaux pays d’accueil des réfugiés rohingyas. Carte: Philippe Rekacewicz, octobre 2017.

Cliquez ici pour continuer la lecture de l’article.

, ,