top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

La Cité | «C’est dangereux pour moi de vous parler»

En ligne depuis le 7 décembre 2017

Pour beaucoup de migrants africains, la bataille n’est pas gagnée en arrivant sur le sol calabrais. La très grande majorité n’obtient pas le statut de réfugié et se retrouve dans la clandestinité après deux ou trois ans. Vulnérables, ils deviennent des proies faciles pour des réseaux de traite d’êtres humains et sont exploités dans l’agriculture, la construction et la prostitution.

Reportage de Isabel Jan-Hess (texte) et Magali Girardin (photos), publié dans La Cité en novembre 2017. Cliquez ici pour lire le texte complet sur le site de La Cité.

Tout droit sortis du brasier libyen et de ses violences indicibles, à peine arrivés sur le sol italien, beaucoup de migrants replongent dans l’enfer de l’exploitation, de la non-assistance, voire de la traite. Les ghettos créés et démantelés au gré des interventions de police hébergent des centaines de personnes. Souvent dopés par les saisons de récolte, ces camps d’infortune sont sans eau ni électricité, comme celui de San Ferdinando où s’entassent jusqu’à 1500 personnes en pleine saison agricole.

Après plusieurs tentatives infructueuses de rencontrer ces migrants échoués dans le camp, l’un d’eux accepte de nous répondre. «Je veux bien vous parler deux minutes, mais je ne vous emmène pas là-bas. Si on me voit avec vous c’est dangereux pour moi.» Ses trois comparses évitent nos regards, pour eux, c’est non.

Cliquez ici pour continuer la lecture.

Derniers billets publiés sur notre site concernant la situation des réfugiés en Italie: