top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

MSF | Italie: des réfugiés laissés-pour-compte

En ligne depuis le 12 février 2018

Février 2018. Médecins Sans Frontières publie un deuxième rapport Fuori Campo  rédigé en italien (dont la synthèse “Out of Sight ” est publiée en anglais) qui fait suite à leur publication de mars 2016 portant le même intitulé.  Le manque de structures d’accueil dignes pour une grande population de personnes réfugiées en Italie y est largement documenté. Basé sur les nombreuses observations de l’organisation et des collaborations avec des associations locales, en 2016 et 2017, ce rapport constate que des milliers de personnes migrantes en Italie manquent d’accès aux besoins de première nécessité, notamment parce qu’elles sont poussées à vivre au sein de campements informels.

La situation a évolué depuis le dernier rapport de 2016: les espaces investis par les réfugiés sont maintenant plus nombreux mais aussi plus éloignés du regard, au sein de bâtiments désaffectés ou sous des ponts. Ils sont en revanche généralement moins peuplés, conséquence d’évictions forcées, et souvent musclées, par la police. Ces lieux de vie sont constitués majoritairement de personnes qui n’ont pas pu trouver une place ou ont été expulsées de structures d’accueil déjà surpeuplées. Si certains de ces réfugiés ont obtenus un permis de séjour, d’autres ont vu leur demande d’asile rejetée. La plupart d’entre eux  sont en attente de rejoindre des membres de leur famille dans un autre pays européen.

Le site de MSF décrit les conditions qui ont rendu possible cette situation :

Refugees and migrants are living on the margins of society because of an inadequate reception system and harmful border policies. What’s more, policies designed to foster social inclusion of migrants and refugees at the national, regional and local level are poorly implemented.

Selon MSF, il y aurait aujourd’hui en Italie au moins 10’000 personnes sans-abris, en possession ou en demande d’une protection internationale et humanitaire qui manquent d’un accès aux besoins de base et aux soins médicaux. L’organisation humanitaire formule à la fin du rapport des recommandations : améliorer le système d’accueil, accompagner l’inclusion sociale, éviter les expulsions sans qu’une solution alternative de logement ait été trouvée, faciliter l’accès aux soins médicaux, améliorer le séjour et le passage des migrants dit “en transit”, apporter un soutien aux personnes dans les campements informels ainsi que mettre fin à la criminalisation de la solidarité.

Le rapport intégral de MSF en italien est à lire sur le site de l’organisation (de même que sa synthèse en anglais).

, ,