top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Médecins du Monde | Agadez, l’externalisation des frontières européennes

En ligne depuis le 20 avril 2018

Lors de ce qui a été faussement surnommé la ‘crise des migrants’ en 2015, l’Union Européenne a signé une série d’accords avec des pays tiers. Parmi ceux-ci, un deal avec le Niger qui provoque des morts anonymes par centaines dans le désert du Sahara. Médecins du Monde Belgique livre un récit en images de ce qui est qualifié de nouveau “cimetière d’anonymes”

Pour lire, le récit en images sur le site de Médecins du Monde Belgique, cliquez ici.

En été 2016, l’Union européenne a conclu un accord avec le Niger qui concrétisait la fermeture de la route à travers le désert du Sarah. En août 2017, le HCR publiait un article intitulé “Réfugiés et migrants pris au piège d’un commerce meurtrier au Niger” qui décrivait une situation alarmante suite à cette nouvelle restriction d’accès:

Des groupes de migrants ont été abandonnés dans le désert – certains délibérément, d’autres lors d’une panne d’un véhicule de passeur. Ils sont parfois secourus mais beaucoup d’autres sont morts et certains estiment que le nombre de personnes ayant péri dans les déserts du Niger et en Libye est plus élevé que le nombre de personnes mortes en mer lors de la traversée vers l’Europe.

Le Niger a très vite été présenté par les puissances européennes comme ayant le rôle de “pays de transit” et opérant comme ” filtre migratoire” permettant de faire la différence entre personnes réfugiées et personnes migrantes à reconduire dans leur pays d’origine. Un article de Migreurop, publié en octobre 2017, dénonce cette vision comme néocoloniale.


En relation avec cet article

,