top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Le Temps | En haute mer, un abri pour les naufragées

En ligne depuis le 22 mai 2018

Photo: Illustrant l’article du Temps du 18.05.2018

A bord de l’Aquarius, les femmes représentent entre 14 et 16% des naufragés. Les deux ONG qui affrètent le bateau – SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF) – leur consacrent un espace réservé: le shelter ou l’abri, en français. Sages-femmes, médiatrices culturelles et docteurs soutiennent les femmes, dont 64% voyagent sans leur époux. Alors que l’activité des ONG en mer Méditerranée est rendue difficile suite à des saisies de navires accusés d’aide à l’entrée irrégulière, Le Temps propose ici une chronique de reporters montés à bord de l’Aquarius qui parle du quotidien de ce navire qui sauve des vies.

L’article de Adrià Budry Carbó & Camille Pagella est paru le 18 mai 2018 dans le Temps. Pour lire l’article sur le site du Temps suivez le lien suivant “En haute mer, un abri pour les naufragées”

Victoria n’a jamais cessé de croire en sa bonne étoile. Même après avoir passé plus de huit heures sur une embarcation de fortune au milieu de la Méditerranée, avant d’être repêchée par une ONG, puis transférée sur le navire humanitaire Aquarius. Comme cette jeune nigériane de 21 ans, les femmes sont toujours plus nombreuses à tenter de rejoindre l’Europe par la mer. Ce sont aussi elles qui paient le plus lourd tribut, en particulier quand le chemin de l’exil est tortueux et passe par la Libye.

Pour lire la suite de l’article, cliquez ici


En relation avec cet article

,