top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Portugal | Loin des routes de l’exil, une hospitalité naissante

En ligne depuis le 21 janvier 2021 et publié dans - modifié le 2 février 2021

Discours politique favorable à l’accueil des réfugié·e·s, hospitalité envers les bateaux humanitaires en détresse, pays qualifié de « fermement engagé en faveur de la protection des réfugiés » par le HCR en 2018 ou encore régularisation temporaire de sans-papiers en période de Covid-19, les signes d’ouverture du Portugal détonnent dans une Europe qui se referme de plus en plus. Au-delà des mots, qu’en est-il des actes ?

Au printemps 2020, lors de la promulgation de mesures sanitaires visant à freiner la propagation de la Covid-19 sur le territoire portugais, le Premier ministre António Costa annonçait la régularisation temporaire des immigré·e·s et des demandeurs d’asile ayant déposé un dossier avant le 18 mars 2020. Un geste salué tant par la presse internationale que par des associations belges ou des députés français réclamant le même type de mesure sur leur territoire. À plusieurs reprises, le chef du gouvernement portugais a publiquement fustigé les discours et attitudes xénophobes de la part de certains pays et a déploré les divisions européennes sur les questions migratoires. Une posture confortable pour un pays peu sollicité traditionnellement par les personnes en quête de protection compte tenu de sa situation internationale. Jusqu’en 2014, le nombre de demandes d’asile s’élevait à quelque 200 personnes par année, essentiellement issues de ressortissant·e·s de ses ex-colonies. Et ce n’est que depuis 2007 que le Portugal participe -timidement- aux programmes de réinstallation de réfugié·e·s du HCR (30 personnes par an).

UNE CERTAINE OUVERTURE…
Suite au conflit syrien et à l’augmentation en Europe des flux migratoires en 2015, le pays s’est engagé dans le Programme européen de relocalisation de réfugiés. D’après l’OCDE, les deux tiers de l’augmentation des demandes d’asile dans le pays en sont dus. Au fil des ans, les autorités politico-administratives et ONG portugaises ont mis en place un système d’intégration spécifique pour cette population, qui fut même qualifié de « solution durable et efficace » par le HCR.
En automne 2018, le Portugal signa directement un accord bilatéral avec la Grèce concernant la relocalisation de réfugié·e·s. De plus, dans le cadre du plan de la Commission européenne (CE) visant à relocaliser de manière volontaire des mineurs non accompagnés depuis la Grèce, il s’est engagé à en accueillir 500.

… MAIS QUELQUES OMBRES AU TABLEAU
Pour les demandeurs d’asile qui ne sont pas dans des programmes de réinstallation (demandeurs dits « spontanés »), l’accueil et l’intégration au Portugal sont plus complexes. Si l’accès au marché de l’emploi est immédiat et sans restriction, la validité du permis de séjour, renouvelable tous les 6 mois, constitue un obstacle. L’accès à la santé et aux moyens de subsistance est aussi fortement impacté par la lenteur du traitement des demandes liée à l’hétérogénéité des bureaux administratifs régionaux.
Plus inquiétant, le recours excessif par le Portugal à la détention des demandeurs d’asile, y compris des enfants, malgré les recommandations du Comité des droits de l’enfant de l’ONU fin 2019. En outre, le Comité contre la torture a exhorté le Portugal à « veiller à ce que les enfants non accompagnés et séparés de leur famille et les familles avec enfants ne puissent pas être placés en rétention au seul motif qu’ils sont en situation irrégulière au regard de la législation sur l’immigration ».

UNE NOUVELLE ÈRE ?
Bien que mue par des considérations sanitaires, la régularisation annoncée au Portugal est-elle le signe d’un changement de paradigme ? AIDA rappelle qu’elle concerne avant tout les personnes en séjour irrégulier et se trouvant dans une situation de vulnérabilité, car n’ayant pas normalement accès aux soins et à la santé. Reste le geste, positif, mais comme son nom l’indique temporaire. Souffrant d’un déclin démographique, le Portugal ne cache pas que l’accueil des réfugié·e·s peut être une opportunité, également pour faire face au manque de main-d’œuvre dans certains secteurs économiques.

SÉGOLÈNE HUBER


Données socio-démographiques

CAPITALE : Lisbonne
RÉGIME POLITIQUE : République semi-présidentielle
PREMIER MINISTRE : António Luis Santos da Costa (Parti socialiste)
élu en 2015 et réélu en 2019.
POPULATION : 10,3 millions d’habitants en 2019 (source Instituto Nacional
de Estatistica)
Membre de l’Union européenne depuis 1986 et de l’Espace Schengen depuis 1995.

Quelques données migratoires

• En 2019, 2 375 réfugié·e·s statutaires se trouvaient sur territoire
portugais (HCR) et 1735 demandes d’asile ont été déposées (Eurostat)

• De 2008 à 2014 : moins de 600 statuts de protection internationale
ont été accordés (OCDE)

• De 2015 à 2017 : 1 500 demandeur·esse·s d’asile sont accueilli·e·s depuis les hotspots de Grèce et d’Italie dans le cadre du programme
de relocalisation de l’Union européenne (UE) (HCR). Le pays est en sixième
position (devant la Suisse)

• De 2015 à 2018 : 142 citoyen·ne·s syrien·ne·s situé·e·s dans les camps de
réfugié·e·s en Turquie sont accueilli·e·s dans le cadre de l’accord entre
l’UE et la Turquie de mars 2016 (OCDE)

• De 2018 à 2019 : 1010 réfugié·e·s accueilli·e·s et installé·e·s depuis l’Égypte
et la Turquie et dans le cadre du programme de réinstallation de l’UE pour la période (OCDE)

Sources et documentation
• Asylum Information Database (AIDA), Country report : Portugal, 2019.
European Asylum Support Office (EASO), Annual Report on the Situation of Asylum in the European Union, 2020.
Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD), Finding their way. The integration of refugees in Portugal, 2019.
UN Refugee Agency (UNHCR), Resettlement Handbook : Country Chapter – Portugal, January 2019.
Sacramento, O., Turtiainen, K., & Silva, P. G. (2019).«Policies of Refugee Settlement and Integration in Europe : the Cases of Portugal and Finland », European Journal of Migration and Law, n°21(4), pp. 409-434.
Infomigrants, « Réfugiés : le Portugal se positionne comme un pays d’accueil », Maéva Poulet, 29 juin 2018.
Público, « SEF detém crianças requerentes de asilo contra recomendações da ONU », Joana Gorjão Henriques,22 juillet 2018.


En relation avec cet article

, , ,