top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

OSAR | Centre des Verrières : les droits fondamentaux doivent être respectés

En ligne depuis le 12 février 2021 - modifié le 8 février 2021

Dans ce centre spécifique aussi, les droits fondamentaux des personnes requérantes d’asile doivent être respectés. L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) appelle à accorder aux personnes concernées un accès à leur représentation juridique et à limiter leur séjour à 14 jours.

Nous publions ci-dessous le communiqué de presse du 02.02.2021 de l’OSAR intitulé “Centre des Verrières : les requérants d’asile doivent bénéficier d’une représentation juridique”. 

Centre des Verrières : les requérants d’asile doivent bénéficier d’une représentation juridique

Dans ce centre spécifique aussi, les droits fondamentaux des personnes requérantes d’asile doivent être respectés. L’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) appelle à accorder aux personnes concernées un accès à leur représentation juridique et à limiter leur séjour à 14 jours.

La loi sur l’asile prévoit la possibilité d’assigner les personnes requérantes d’asile à un centre spécifique si elles menacent sensiblement la sécurité et l’ordre publics ou si elles portent sensiblement atteinte au fonctionnement et à la sécurité des centres fédéraux d’asile. Le centre des Verrières – le seul centre spécifique de Suisse – a été fermé en septembre 2019 en raison d’une faible occupation, ce qui, aux yeux de l’OSAR, vient confirmer que ces centres ne sont pas nécessaires. La réouverture annoncée le 2 février n’apparaît donc pas comme une solution appropriée pour traiter les personnes requérantes d’asile qui constituent une menace pour elles-mêmes ou autrui. Le centre spécifique ne constitue pas non plus une mesure appropriée pour traiter les personnes atteintes d’addiction ou de maladies mentales et physiques. Par ailleurs, les autorités disposent déjà d’une marge de manœuvre suffisante. Ainsi, il est tout à fait possible d’appliquer les dispositions du droit pénal en vigueur et les possibilités de traitement psychiatrique en cas de comportement menaçant de la part des personnes requérantes d’asile, pour elles-mêmes ou autrui. La Commission nationale de prévention de la torture (CNPT) a d’ailleurs recommandé au Secrétariat d’État aux migrations (SEM) de miser davantage sur la prévention de la violence et de renforcer le rôle du personnel d’encadrement. Selon l’OSAR, les conditions nécessaires à une assignation dans un centre spécifique sont trop larges. Il suffit par exemple que la personne requérante d’asile ne respecte pas le couvre-feu à plusieurs reprises pour qu’elle soit envoyée aux Verrières.

L’accès à une représentation juridique doit être garanti

Lorsque le centre des Verrières était en fonction en 2019, il est apparu que les contacts entre les personnes requérantes d’asile et leur représentation juridique n’ont pas été suffisamment garantis. L’OSAR exige que les personnes requérantes d’asile puissent rester en contact avec leur représentation juridique, au moins par entretien vidéo. En outre, l’OSAR juge inacceptable que les personnes concernées faisant l’objet d’une décision d’assignation dans le centre spécifique ne puissent généralement faire recours contre cette décision qu’après son application. Les personnes concernées doivent pouvoir s’opposer à la décision d’assignation directement. En outre, les droits fondamentaux, tels que le droit d’accès aux soins médicaux et le droit de bénéficier de contacts sociaux avec le monde extérieur, doivent également être respectés dans le centre spécifique.

Limiter le séjour à 14 jours maximum

Une assignation au centre spécifique implique une restriction considérable de la liberté personnelle et de la liberté de mouvement. Le Tribunal administratif fédéral l’a d’ailleurs reconnu. L’OSAR estime qu’un séjour de 30 jours maximum est trop long. Elle exige que le séjour soit limité à un maximum de 14 jours.


En relation avec cet article

,