top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Jurisprudence | Le TAF rappelle à l’ordre l’ODM pour ses pratiques illégales

En ligne depuis le 5 avril 2011 et publié dans - modifié le 9 juillet 2017

L’Office fédéral des migrations (ODM) met en cause l’Etat de droit, la sécurité du droit et le principe d’égalité. Ce jugement très sévère a été rendu par le Tribunal administratif fédéral (TAF) le 20 décembre 2010 dans un arrêt de principe. Examinant le recours d’un Afghan sous le coup d’une décision d’expulsion, le TAF s’est penché sur la pratique de l’ODM et s’est rendu compte que celui-ci, sensé exécuter la loi, n’en faisait qu’à sa tête.

La région d’Hazarajat, dont le recourant est originaire, fait partie d’une des rares parties du globe pour laquelle les experts du Tribunal ont décrété les renvois inexigibles, sous peine de mettre la vie et l’intégrité des refoulés en danger. Sous forme d’arrêt à 5 juges, ces décisions font jurisprudence. Elles ont force de loi. Et l’ODM doit s’y référer automatiquement au moment de prendre une décision d’expulsion.

Or, ce qu’a constaté le TAF en statuant sur ce recours, c’est que l’ODM se sent – ou se sentait – tout puissant. Questionné par le TAF, l’ODM déclarait ne pas être lié par les analyses-pays du tribunal, préférant recourir à ses propres expertises pour décider d’un renvoi. Interloqué par cette curieuse interprétation de la hiérarchie juridique, le TAF s’est alors demandé: combien de recours admis par le TAF sont-ils liés au fait que l’ODM n’a pas suivi sa jurisprudence en matière d’analyse-pays? Réponse: la moitié!

Un constat pour le moins inquiétant et le TAF n’a pas manqué de le rappeler: l’ODM met concrètement en danger la vie de toutes les personnes qui n’ont pu recourir contre la décision de renvoi. Vu les difficiles conditions d’accès à une procédure de recours, la chance ou –c’est selon- l’arbitraire deviennent des acteurs à part entière du processus. L’égalité face au droit et la notion de sécurité et de protection que le droit est sensé garantir à tous sont ici largement compromises.

Autre incidence : par sa pratique, l’ODM a engendré des coûts inutiles et a lourdement contribué à allonger les procédures, fustige le TAF. Dommage que les conséquences n’en aient pas été chiffrées: d’habitude, on en impute la faute aux requérants, pour opérer un tour de vis législatif. Du reste, cet arrêt porte sur une décision de l’ODM de 2006!

Un message à Mme Sommaruga

Les juges du TAF tiennent enfin à rappeler à quoi l’ODM est assujetti. Et que si celui-ci veut aller à l’encontre d’une décision du TAF, il doit le faire conformément à la loi, selon une procédure dite «pilote». Autrement dit, l’ODM viole la loi et doit changer sa pratique. Sous peine, menace le TAF, d’être dénoncé à l’autorité de surveillance.

Ce rappel à l’ordre est peut-être aussi un message adressé à Simonetta Sommaruga. La nouvelle patronne de du DFJP est en effet chargée par la Commission des institutions politiques du Conseil des Etats de rendre un rapport complémentaire au projet de révision de la loi sur l’asile sur, justement, la durée de la procédure (voir Vivre Ensemble, n°130). Elle qui, devant le congrès du PS, déclarait:

«Le DFJP est pour ainsi dire le garant de l’Etat de droit (…) Peut-être oublions-nous parfois trop rapidement que la sécurité du droit et l’interdiction de l’arbitraire ne sont pas acquis pour toujours (…).»

Sophie Malka

, , , ,