top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

La vraisemblance | Quand l’arbitraire est roi

En ligne depuis le 11 janvier 2012 et publié dans - modifié le 3 juin 2018

L’analyse de la vraisemblance des allégations des requérants d’asile est le point le plus délicat et le plus important de la procédure d’asile. Mais l’Office fédéral des migrations (ODM) s’épargne parfois du travail fastidieux. Ainsi, relève-t-il dans une de ses décisions:

“La requérante a déclaré lors de son audition sommaire avoir été arrêtée le 8 et qu’elle devait, après sa libération, se présenter au centre de la sécurité politique tous les dix à quinze jours. Lors de l’audition sur les motifs, elle a déclaré par contre avoir été arrêtée le 10 et qu’elle devait se présenter tous les dix à vingt jours”.

Ces menues contradictions suffisent à l’ODM à nier l’ensemble de la réalité du récit, et à déclarer les allégations de la demandeuse non «vraisemblables». Une façon efficace d’accélérer les procédures!

Michael Pfeiffer, CSP-GE

, , ,