top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

RTS | Factuel revient sur l’opération “Frontières souveraines”

En ligne depuis le 28 mai 2015

Le 29 avril 2015, Factuel est revenu sur une déclaration du vice-président du Front national français.

Cliquez ici pour réécouter l’émission « Factuel » (RTS).

Le mercredi matin, Factuel revient sur une déclaration du vice-président du Front national français, Florian Philippot:

“C’est la seule solution et la solution la plus humaniste. Je rappelle que l’Australie, depuis qu’elle a mis en place cette politique, est passée de 900 morts à 0 morts.”

Vrai ou faux?

Avec l’opération “Frontières souveraines”, l’Australie est passée de 900 à zéro mort de migrants, c’est vrai?

Sur le bilan chiffré, c’est vrai… et c’est assez logique. On estime qu’au cours de la grosse décennie précédant la mise en place de ce dispositif,  entre 1998 et 2013, de 1200 à 1800 personnes environ – selon les différentes estimations ont perdu la vie en tentant d’aborder les côtes australiennes.

Décomptes officiels

Depuis le début de l’opération “Frontières souveraines”, instaurée en septembre 2013, en revanche, aucun décès n’a été enregistré, selon le décompte des autorités australiennes qui publient tous les mois des rapports chiffrés très détaillés sur le déroulement de l’opération.

Données récoltées par des chercheurs indépendants

Mais il existe également d’autres données récoltées par des chercheurs indépendants, notamment par une équipe de l’Université Monash à Melbourne qui a recensé, elle, dans les premiers mois de l’opération, deux naufrages et 39 victimes, cela, non  pas dans les eaux territoriales australiennes, mais au large de l’île de Java, en eaux indonésiennes. Cette question est d’ailleurs l’un des points de controverse de cette opération : seuls les incidents et, le cas échéant, les morts sur territoire maritime australien sont comptabilisés par les statistiques officielles.

Une question de territoire maritime

Dans la mesure où les autorités australiennes parviennent à refouler ou intercepter la très grande majorité des bateaux qui s’en approchent, il est assez logique qu’elles n’aient enregistré aucun accident mortel dans leurs eaux nationales. En revanche, il y a très peu de données précises sur ce qui advient des embarcations refoulées, la plupart du temps vers l’Indonésie et c’est ce que dénoncent certains chercheurs et plusieurs ONG qui considèrent qu’avec l’opération du gouvernement australien,  le problème des naufrages de bateaux  de migrants n’est pas  réglé… mais déplacé.

Derniers billets publiés sur notre site sur la situation des réfugiés en Australie