top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

RTS | Centlivres: “Je n’ai pas peur pour l’identité suisse”

En ligne depuis le 29 décembre 2015

Pour l’ethnologue Pierre Centlivres, la Suisse ne doit pas craindre la hausse du nombre de réfugiés. Selon le spécialiste de l’Afghanistan – pays d’origine d’un nombre croissant de demandeurs d’asile – beaucoup partagent nos valeurs.

Pierre Centlivres, ethnologue, a été interviewé à Forum (RTS) par Julien Magnollay, le 27 décembre 2015. Cliquez ici pour écouter l’interview de Centlivres sur le site de la RTS.

“Ils sont admiratifs d’un pays où règne la démocratie et où la loi est respectée”, assure l’ethnologue dans l’émission Forum de la RTS dimanche. “L’identité helvétique est assez forte pour s’affirmer au-delà des origines culturelles diverses”, ajoute le professeur honoraire de l’Université de Neuchâtel.

Un nombre croissant d’Afghans déposent des demandes d’asile en Suisse, 2400 rien que pour le mois de novembre. “Il ne faut pas avoir peur de nos musulmans. Ce sont des citoyens qui s’appliquent à respecter les règles de la citoyenneté de notre pays”, estime l’ethnologue.

La définition de réfugié est “caduque”

Pierre Centlivres appelle par ailleurs à une redéfinition de la notion de réfugié. “Les Conventions datant de 1951 sont caduques. Elles protègent le requérant d’asile à titre individuel; il faut avoir été personnellement menacé pour des raisons politiques, religieuses ou autres” pour y avoir droit.

Or, aujourd’hui, “ce sont des populations entières qui sont menacées, par l’insécurité, les fanatismes ou les conflits. On ne peut plus se baser uniquement sur des menaces individuelles pour admettre les réfugiés.”