top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Votation du 5 juin | Accélération? Cherchez l’erreur!

En ligne depuis le 23 mars 2016 - modifié le 17 mai 2016

L’accélération des procédures, “c’est bien pour tout le monde”…

Le Conseil fédéral vient de lancer sa campagne en faveur de la révision de la loi sur l’asile. Mot d’ordre: accélérer les procédures. Mais entre ce que dit la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga et la pratique du Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM), qu’elle dirige, il y a comme une distorsion des faits… Cherchez l’erreur!

Le discours de Simonetta Sommaruga: 

Si on peut accélérer les procédures, c’est bien pour tout le monde. C’est bien pour ceux qui peuvent rester. Parce qu’ils peuvent s’intégrer plus vite au marché du travail. Mais c’est bien aussi pour ceux qui doivent partir, parce qu’ils savent tout de suite qu’ils ne peuvent pas rester.

C’est bien pour tout le monde? La pratique du SEM :

Le SEM maintient sa pratique consistant à traiter de manière prioritaire les cas Dublin et les demandes d’asile faiblement motivées déposées par des requérants provenant d’Etats libérés de l’obligation du visa et de pays pour lesquels le taux de reconnaissance est très faible (procédure en 48 heures et procédure “fast track”). Si les premiers entretiens et l’enregistrement des requérants d’asile en provenance d’Erythrée, de Syrie et d’Afghanistan ont été accélérés, les auditions et décisions concernant ces ressortissants sont en revanche reportées jusqu’à nouvel ordre, à l’exception des cas prioritaires prévus par la loi tels que les cas de mineurs non accompagnés.

Communiqué de presse  du SEM du 24.09.15

Traduction: ceux qui pourront probablement rester -Érythréens, Syriens, Afghans qui ont un taux de protection de respectivement 96%, 98% et 92% après examen de leurs motifs d’asile- voient leur procédure sciemment RALENTIE. Ils devront donc attendre avant de pouvoir “s’intégrer plus vite au marché du travail”. Cette “stratégie” a été réaffirmée à plusieurs reprise par le SEM.

Alors, c’est vraiment “bien pour tout le monde”?

Sophie Malka

Lire également:

Restructuration de l’asile: Mise au point sur la durée des procédures

Loi sur l’asile | Quels changements après l’adoption de la restructuration?

 

, , ,