top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Le Courrier | Des personnalités de Nyon s’engagent pour les réfugiés

En ligne depuis le 2 décembre 2016

L’association Le Lieu-Dit propose des stages-formation et des cours de français aux requérants d’asile de la région.

Article de Sophie Dupont publié dans Le Courrier, le 1er décembre 2016. Cliquez ici pour lire l’article sur le site du Courrier.

Née lors du Festival des arts vivants (Far°), une initiative citoyenne propose des stages en entreprise, des cours de français et des activités culturelles et sportives aux requérants d’asile de la région nyonnaise. Au comité de la nouvelle association Le Lieu-Dit siègent le député socialiste Alexandre Démétriadès, la directrice du Far°, Véronique Ferrero Delacoste, ou encore la déléguée à l’intégration de la ville de Nyon.

association_lelieudit

Lors de sa 32e édition, consacrée à la migration, le Far° avait intégré des requérants d’asile à plusieurs spectacles après un travail en ateliers ouverts aux requérants et aux Nyonnais. Fort de cette expérience, le festival s’était promis de multiplier les rencontres entre migrants et habitants.

Dans tout le district de Nyon, cinq abris PC hébergent des requérants, tous des hommes, faute d’autres structures d’accueil. Ils ont pour la plupart entre 18 et 25 ans et souffrent surtout d’être inactifs, dans l’attente d’une réponse à leur demande d’asile. «A cet âge fondamental de la vie, on se forme, on apprend un métier, il est de notre responsabilité de ne pas les laisser sans activité», plaide Véronique Ferrero Delacoste.

L’association s’est donc lancé le défi de trouver des places de stage et de travail aux requérants. La loi fédérale l’autorise, à condition de ne pas faire concurrence aux autres travailleurs en Suisse. En collaboration avec Pro-Jet, structure d’insertion professionnelle, Le Lieu-Dit propose des stages-formation de deux mois dans la construction, la restauration et les espaces verts. «Nous contactons également des entreprises actives dans l’ingénierie et dans l’informatique pour des requérants formés», soulève Véronique Ferrero Delacoste. Un ingénieur en mécanique a commencé un stage dans une start-up de la région. Il suivra des cours à l’EPFL en auditeur libre, grâce à un soutien financier.

Autre volet du projet, des bénévoles donnent des cours de français sous forme de tandem, pour favoriser la rencontre. L’association incite en outre les associations sportives à intégrer des requérants. Et dès janvier, le far réitérera des ateliers artistiques adressés aux migrants et aux habitants de la région.

Vivre ensemble

Véronique Ferrero Delacoste assume un engagement politique. «Ce n’est pas un parti pris, mais c’est politique dans le sens où il faut trouver des moyens de vivre ensemble», soutient-elle. L’association lance un appel aux habitants de la région pour participer à ses activités.

Dessin de Ambroise Héritier

Dessin de Ambroise Héritier

Voir aussi le préjugé “Oisiveté?” de notre brochure

Il y a ce qu’on dit sur les réfugiés. Et il y a réalité.

“Travail sur appel, contrats précaires, salaires très bas… Qui profite de qui?”
Découvrez la réponse en cliquant ici.

Derniers billets publiés sur notre site concernant la problématique du travail des personnes relevant du domaine de l'asile:

, , ,