top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Pétition | Eden et Nahom restent ici!

En ligne depuis le 31 octobre 2017 - modifié le 8 novembre 2017

Solidarité sans frontières et le Mouvement jurassien de soutien aux sans-papiers ont lancé une pétition auprès du canton du Jura  pour demander la régularisation humanitaire d’Eden et Nahom, menacés d’expulsion vers l’Italie où ils se retrouveront à nouveau à la rue.

«Ils vivent depuis bientôt 6 ans en Suisse et ils y sont bien intégrés».

La pétition souligne qu’un nouveau renvoi vers l’Italie aurait des conséquences dévastatrices sur Eden et son jeune fils Nahom, tant la situation pour les réfugiées y est difficile.

«La régularisation humanitaire est la seule solution pour les sortir de cette situation qui dure depuis trop longtemps et leur donner enfin une perspective d’avenir».

Retrouvez ci-dessous le texte de la pétition. Cliquez ici pour signer cette pétition.

Eden et Nahom restent ici! Défendons des valeurs humanitaires et solidaires.

Eden et Nahom Tesfay 17 octobre 2017 Danièle Ludwig Bist

En 2004, à l’âge de 18ans, Eden a fui son pays, l’Erythrée: elle y était menacée de mariage forcé et du service militaire à vie. Pendant sa fuite, au Soudan puis en Libye, elle subit des violences sexuelles. En novembre 2006, elle arrive en Italie où elle obtient le statut de réfugiée. Elle est lâchée à la rue sans aucun soutien. Fin 2008, Eden tombe enceinte. Son ami la quitte, c’est pourquoi après 6 mois, elle vient chercher la sécurité en Suisse. En juin 2009, son fils Nahom nait à Delémont.

Mais comme elle a reçu le statut de réfugiée en Italie, la Suisse l’expulse et elle se retrouve à nouveau à la rue à Rome avec son enfant de 4 mois à l’approche de l’hiver. Nahom tombe malade et elle décide de tenter sa chance en Norvège. C’était en janvier 2010. Une année plus tard, en février 2011, ils sont à nouveau expulsés vers l’Italie. À l’approche de l’hiver, elle décide de revenir en Suisse pour demander la protection. Elle est attribuée au canton du Jura en novembre 2011. En octobre 2012, on lui communique oralement la décision de renvoi. Suivent de multiples recours qui aboutissent tous à la même décision: le renvoi.

Eden et Nahom ne peuvent pas être renvoyés, la Suisse doit les accueillir!

Premièrement, la situation pour les réfugiées en Italie est très difficile: une fois qu’elles obtiennent le statut de réfugiées, elles ne peuvent plus rester dans les centres d’asile. Elles ont la « liberté » de chercher un appartement et du travail, mais la plupart du temps, faute de trouver l’un ou l’autre, elles se retrouvent à la rue.

Deuxièmement, Eden et Nahom vivent depuis bientôt 6 ans en Suisse! Ils sont bien intégrés ici. La Croix Rouge a offert une formation à Eden qui aimerait bien travailler avec les personnes âgées. Elle est soutenue par l’AJAM (Association Jurassienne d’Accueil des Migrants) pour qui elle fait souvent la traduction. Elle s’exprime très bien en français et c’est une femme pleine de bonne volonté.

La situation actuelle est insupportable pour elle. Vivre chaque nuit avec la peur d’être renvoyée par des policiers n’est plus tolérable et provoque chez elle une profonde anxiété et dépression. Les médicaments qu’elle reçoit ne sont certainement pas une solution à long terme!

Nous demandons au canton du Jura une régularisation humanitaire pour Eden et Nahom. C’est la seule solution pour les sortir de cette situation qui dure depuis trop longtemps et leur donner enfin une perspective d’avenir.

, , ,