top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

International Migration Institute Network | Rapport: Compter les migrants morts aux frontières

En ligne depuis le 25 janvier 2018 - modifié le 28 janvier 2018

Des contre-statistiques* de la société civile à la récupération (inter)gouvernementale

La mort de migrants dans la région euro-méditerranéenne est devenue un problème social et politique majeur dans un contexte de crise migratoire. Tandis que les médias, les activistes et les politiques brandissent souvent des chiffres précis du nombre de morts, nous en savons peu sur la production des données statistiques à ce sujet. Ce travail explore les politiques de décompte des migrants en Europe.

Cette activité statistique a été initiée dans les années 1990 par des organisations de la société civile; le but était de montrer les conséquences mortelles de la «forteresse Europe» et de contester la politique de contrôle des États.En 2013, l’Organisation internationale de la migration (OIM) a également commencé à comptabiliser le nombre de migrants morts, ce avec un objectif politique différent: que les activités humanitaires et de sauvetages soient intégrées à la gestion des frontières, tandis que le contrôle des frontières est censé à la fois gérer la mobilité humaine et sauver la vie des migrants. L’OIM dépolitise ainsi les statistiques, tout en imitant une activité initialement associée à la contestation politique par des acteurs de la société civile. Enfin, le travail explore la façon dont les statistiques des morts aux frontières peuvent être à nouveau politisées pour contester les politiques migratoires des États en Europe.

Ce rapport publié en anglais par l’International Migration Institute Network a été écrit par Charles Heller et Antoine Pécoud, vous pouvez le consulter en ligne en cliquant ici.

*Dans le champ de la migration, le décompte des migrants morts aux frontières a été la contrepartie critique des données collectées et publiées par les agences étatiques concernant les entrées illégales à leurs frontières.

En cherchant à produire non pas des sujets gouvernés mais à rendre visible les effets mortels des politiques migratoires européennes, ces décomptes constituent un exemple de pratique de contre-statistiques (page 7 du rapport).

,