top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Solidarité Tattes | Des nouvelles de l’Appel Dublin

En ligne depuis le 28 mars 2018

Mais que faut-il pour avoir droit à l’asile?

Newsletter de Solidarité Tattes (n°7), mars 2018.

Durant le mois de février 2018, nous avons rencontré les Conseils d’Etat vaudois et tessinois. Et le 1er mars, Mme Sommaruga a accepté de recevoir une délégation représentant l’Appel Dublin: les efforts pour rassembler les 33’000 signatures remises à Berne en novembre 2017 ont eu en tout cas cet effet positif. Nous sommes donc allés faire part de vive voix à la ministre des revendications contenues dans notre Appel.

Malheureusement, ces 45 minutes d’entretien n’ont pas témoigné d’une grande ouverture et ont servi surtout à nous assurer que le SEM prenait déjà en compte la vulnérabilité des personnes dans ses décisions!

Renvoi Dublin à tout prix

Mais alors… comment se fait-il que, avec nos forces limitées et sans être des professionnel-le-s de l’asile, nous avons pu remettre à Mme Sommaruga une liste anonymisée de 48 personnes ou familles dublinées et vulnérables attribuées aux cantons de Berne, Fribourg, Genève, Vaud, Valais, Saint-Gall, Neuchâtel, Zürich, Tessin ou encore Bâle? Parmi elles, certaines cumulent les vulnérabilités. On dénombre:

  • 8 femmes victimes de traite ou de violences conjugales;
  • 11 familles avec des enfants scolarisés, 12 avec des enfants en bas âge;
  • 13 familles qui se verront séparées en cas de renvoi;
  • 15 situations de femmes seules avec des enfants ou de femmes enceintes;
  • 23 personnes qui ont de la famille (oncles, tantes) résidant en Suisse;
  • 28 personnes souffrant de problèmes de santé nécessitant un suivi médical régulier.

Par exemple, à Genève:

M., grand-maman tchétchène, arrive en Suisse avec sa fille et son petit-fils. Marquée par les mauvais traitements subis dans son pays, elle a besoin d’un suivi médical intensif, tant au niveau physique que psychique. Elle est dépressive et suicidaire et a effectué une tentative de suicide récemment. Pourtant, la Suisse veut renvoyer toute la famille en Pologne, pays par lequel elle a transité pour se rendre en Suisse.

A., enceinte de 5 mois, va être renvoyée vers l’Italie, alors que son compagnon et père de son enfant à naître réside en Suisse et est détenteur d’un permis C. En Suisse, il devrait être écrit dans la loi que le droit à la vie de famille ne concerne pas les requérants d’asile…

Alors que leur faut-il pour entendre raison?

Entourer, accompagner et dénoncer

Malgré tout, nous allons continuer à défendre par tous les moyens possibles les personnes menacées de renvoi. Nous allons continuer à les entourer, à les accompagner à l’OCPM et partout où elles ont besoin de nous, nous allons continuer à les parrainer-marrainer.

Nous allons également continuer à rencontrer les cantons qui acceptent de nous recevoir et insister auprès de ceux qui s’y refusent. L’objectif, c’est de forcer les autorités à parler des accords de Dublin et de l’application que la Suisse en fait. Nous allons continuer à dénoncer une pratique ignoble du renvoi, des interprétations partielles des lois, accords et conventions (notamment des accords Dublin), bref: nous allons continuer à dénoncer une politique d’asile déficiente et honteuse.

Nos permanences Dublin à Genève

En prévision des rencontres avec les autorités cantonales et fédérales, nous avons organisé 4 après-midis de «permanences Dublin» dans différents lieux du canton pendant le mois de février. Les personnes ayant reçu une décision NEM Dublin étaient invitées à nous y rejoindre. Nous avons ainsi rencontré 18 personnes ou familles menacées de renvoi au nom de Dublin. Mais nous avons également rencontré d’autres situations qui nous interrogent:

Une femme érythréenne, mère seule avec 4 enfants tous scolarisés, s’est vue refuser l’asile. Aucun accord de réadmission n’existe avec l’Erythrée: cette femme va donc rester en Suisse avec son statut de déboutée, l’aide d’urgence tous les 15 jours et 4 enfants à charge!

Une femme avec ses deux enfants en bas âge nous explique que son mari a été renvoyé en Italie (au nom de Dublin). Il est à Milan et y a reçu l’asile. Mais son permis ne lui permet pas de voyager. Il n’a donc de liens avec ses enfants et sa femme que par téléphone.

Donc il y a Dublin, mais il n’y a pas que Dublin. Le chemin promet d’être long…


En relation avec cet article

, , ,